Seedsman Blog
Home » 80% DES FRANÇAIS POUR LE CANNABIS RÉCRÉATIF

80% DES FRANÇAIS POUR LE CANNABIS RÉCRÉATIF

Le 13 janvier dernier, l’Assemblée nationale a lancé une consultation citoyenne dans le but de connaitre l’opinion qu’ont les Français de la législation encadrant le cannabis récréatif. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Français ont une opinion très tranchée sur la question. En effet, la consultation a recueilli l’opinion de plus de 250.000 personnes parmi lesquelles 80% se sont prononcés en faveur d’une légalisation. La consultation s’est achevée le 28 février et il est maintenant temps d’en tirer le bilan.

Les données récoltées par la consultation citoyenne

Au total, 253.194 personnes ont participé à cette consultation citoyenne sur une durée d’un peu plus de six semaines. Clairement, l’initiative a rencontré un vif succès, ce qui devrait donner à ses conclusions un poids politique certain. D’ailleurs, le nombre de participants aurait pu être encore plus élevé. En témoigne de nombreux messages laissés sur Facebook par des consommateurs de cannabis qui ont refusé de participer à la consultation de peur que leurs données d’identification ne soient collectées par le gouvernement.

Commentaires Facebook concernant les résultats de la consultation citoyenne sur le cannabis récréatif

De toute façon, le résultat est sans appel et la participation de consommateurs de cannabis récréatif plus nombreux n’aurait vraisemblablement pas beaucoup modifié les résultats. En effet, 80,8% des participants se sont prononcés en faveur de la légalisation du cannabis récréatif et 13,8% se sont déclarés favorables à une dépénalisation. La première option correspondrait à une autorisation de consommation pleine et entière, tandis que la seconde correspondrait “uniquement” à la levée des sanctions pénales liées à la consommation de cannabis. Les amendes seraient donc toujours d’actualité. Pour en finir avec l’opinion des répondants à la consultation citoyenne, signalons encore qu’ils furent 4,6% à désirer un durcissement de la politique prohibitionniste. Enfin, seuls 0,8% des participants se déclarent satisfaits du cadre légal actuel.

Quant aux désirs de tous ces gens, 62,4% d’entre eux désirent que le cannabis soit commercialisé dans des boutiques spécialisées, comme c’est le cas du CBD aujourd’hui. 24,2% préfèrent voir cette plante vendue selon les mêmes normes que l’alcool. 8,6% la désirent en vente dans les bureaux de tabac et seulement 3,8% la veulent en vente libre.

Enfin, 86% des répondants à la consultation se sont prononcés en faveur de l’autorisation de la culture du cannabis à domicile, avec un nombre de pied maximum qui serait fixé par la loi.

La représentativité des données récoltées par la consultation citoyenne

Hélas, les données recueillies au travers de cette consultation citoyenne ne sont pas représentatives de l’opinion de tous les Français. En effet, seuls 30% des participants ont affirmé n’avoir jamais consommé de cannabis de leur vie. Or, ce chiffre avoisine les 50% au sein de l’ensemble de la population française[1]. Les consommateurs de cannabis sont donc surreprésentés parmi les participants à la consultation citoyenne : 38,3% sont des consommateurs occasionnels, 17% réguliers et 13,9% quotidiens.

Il n’y a rien là de bien étonnant. En effet, les consommateurs de cannabis avaient plus intérêt que quiconque à participer à cette consultation, à donner leur opinion et à tenter de faire bouger les lignes au niveau politique.

Quel avenir pour le cannabis récréatif en France ?

Comme son nom l’indique, cette consultation citoyenne n’avait qu’un objectif consultatif qui ne contraint en rien le pouvoir législatif. Néanmoins, cette initiative va sans le moindre doute susciter le débat. C’était d’ailleurs son objectif comme en témoigne le député LREM de la Moselle, Ludovic Mendes, qui déclarait à l’AFT le 14 janvier dernier que ” la démarche n’est pas de montrer comment légaliser, mais qu’il y a une véritable attente des citoyens sur le sujet de l’évolution de la législation”.[2]

La députée LREM Caroline Janvier a déclaré, à l’issue d’une première analyse des données qu’”on sait désormais que la légalisation du cannabis n’est plus un tabou en France et que nos concitoyens font le constat de l’inefficacité de la législation actuelle en la matière”[3]. Et le député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau (LREM) de surenchérir ” Il faudra lancer une vraie consultation populaire et pourquoi pas un référendum […] On fera des propositions d’ici un mois.”[4]

À un an des présidentielles, le cannabis pourrait donc s’imposer comme un thème de campagne avec une classe politique fort divisée sur la question. En effet, l’ouverture dont font preuve les députés LREM cités plus haut contraste fortement avec le discours du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui, le 13 septembre dernier, avait qualifié le cannabis de “merde”[5], un discours assumé et réitéré le lendemain sur LCI.

Si la question vous intéresse, consultez la page de la mission d’information parlemetnaire.


[1] https://www.ofdt.fr/produits-et-addictions/de-z/cannabis/#:~:text=En%20population%20adulte,%25%20en%202014%20%5B10%5D.

[2] https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/14/lancement-d-une-consultation-citoyenne-sur-le-cannabis-recreatif_6066209_3224.html

[3] https://www.ouest-france.fr/societe/cannabis/une-consultation-citoyenne-favorable-a-la-legalisation-du-cannabis-recreatif-7172482

[4] https://www.francetvinfo.fr/sante/drogue-addictions/cannabis/cannabis-recreatif-il-faudra-lancer-une-vraie-consultation-populaire-et-pourquoi-pas-un-referendum-estime-le-rapporteur-de-la-mission-parlementaire_4314513.html

[5] https://abonne.lunion.fr/id190069/article/2020-09-13/interview-effectifs-supplementaires-reims-moyens-pour-la-police-municipale

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.