Seedsman Blog

LES CANNABINOÏDES CONTRE LES PROBLÈMES DE PEAU

L’utilisation du cannabis et des cannabinoïdes pour traiter les troubles de la peau n’est pas nouvelle. Elle a été pour la première fois évoquée dans la littérature scientifique il y a plus d’un siècle. Le Dr Henry Granger Piffard (qui a fondé le prestigieux journal JAMA Dermatology) a écrit dans un de ses premiers manuels que “une pilule de cannabis indica au coucher soulage parfois les démangeaisons intolérables causées par l’eczéma”. Depuis lors, un certain nombre d’études ont apporté de nouvelles preuves de l’efficacité des cannabinoïdes dans le traitement de la peau.

Les cannabinoïdes et la peau

La présence de récepteurs cannabinoïdes dans la peau des souris et des humains suppose qu’ils jouent un rôle dans la régulation des fonctions cutanées des mammifères. Cette déduction logique s’est vue confirmée lorsque des chercheurs ont remarqué que les souris génétiquement modifiées pour ne pas avoir ces récepteurs souffraient d’une augmentation des allergies et des éruptions cutanées[i].

De nombreuses affections cutanées – comme l’eczéma et le psoriasis – sont caractérisées par une inflammation résultant d’une réponse immunitaire défectueuse dans les cellules de la peau. Heureusement, il a été constaté que les cannabinoïdes aidaient à rééquilibrer l’activité immunitaire des cellules de la peau, tout en régulant l’homéostasie.

Certains cannabinoïdes ont également des propriétés antimicrobiennes. Le cannabidiol (CBD), par exemple, repousse très efficacement une bactérie appelée Staphylococcus aureus, laquelle déclenche de poussées d’eczéma. Fait intéressant, le CBD régule également à la baisse la manifestation d’un gène appelé NRIP1, qui a tendance à être surexprimé dans les cellules de la peau des personnes atteintes de psoriasis.

Comme si cela n’était pas assez impressionnant, il a également été démontré que les cannabinoïdes qui se lient au récepteur CB1 tuent les cellules cancéreuses de la peau en boîte de Pétri[ii].

Traiter la peau avec des cannabinoïdes

Des essais cliniques sont actuellement en cours pour évaluer l’efficacité des cannabinoïdes dans la guérison des affections cutanées. Dans le contexte de l’eczéma et du psoriasis, de tels traitements pourraient s’avérer important, car ces troubles sont actuellement sans remède et les personnes qui en souffrent sont souvent obligées de recourir aux stéroïdes et aux immunorégulateurs, lesquels peuvent s’avérer nocifs.

Un cannabinoïde synthétique appelé Palmitoylethanolamide (PEA) a déjà été approuvé par la FDA aux États-Unis pour le traitement de l’eczéma, après qu’une étude ait révélé qu’il avait entraîné une diminution de 80 % de la gravité des symptômes. Il convient de noter que la PEA se lie à un récepteur appelé GPR55, qui est également un récepteur cible du CBD. Ceci suggère que le CBD pourrait également être efficace dans le traitement de certains troubles cutanés[iii].

Cette théorie a récemment été mise à l’épreuve dans une étude au cours de laquelle des personnes souffrant d’eczéma et de psoriasis ont reçu du CBD à appliquer par voie topique deux fois par jour pendant trois mois. Les résultats ont indiqué que les symptômes étaient “significativement améliorés” chez chacun des patients, sans qu’aucun effet secondaire négatif n’ait été signalé[iv].

Des études précliniques ont également mis en lumière le rôle des cannabinoïdes dans la cicatrisation des plaies et la formation de la barrière cutanée après des lésions. On a constaté que des souris ayant subi une lésion cutanée récupéraient plus rapidement si elles étaient traitées par voie topique avec un endocannabinoïde appelé anandamide, qui, comme le THC, se lie au récepteur CB1. En revanche, la récupération des cellules cutanées endommagées était retardée chez les souris qui avaient été modifiées pour ne pas posséder ce récepteur, ce qui souligne encore le rôle important que jouent les cannabinoïdes dans la régulation de la fonction cutanée[v].

[i] Bíró T, Tóth BI, Haskó G, Paus R, Pacher P. The endocannabinoid system of the skin in health and disease: novel perspectives and therapeutic opportunities. Trends in pharmacological sciences. 2009 Aug 1;30(8):411-20. – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2757311/

[ii] Tóth KF, Ádám D, Bíró T, Oláh A. Cannabinoid Signaling in the Skin: Therapeutic Potential of the “C (ut) annabinoid” System. Molecules. 2019 Jan;24(5):918. – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6429381/

[iii] Pulvirenti N, Nasca MR, Micali G. Topical adelmidrol 2% emulsion, a novel aliamide, in the treatment of mild atopic dermatitis in pediatric subjects: a pilot study. Acta Dermatovenerologica Croatica. 2007 Feb 1;15(2):0-. –

[iv] Palmieri B, Laurino C, Vadalà M. A therapeutic effect of cbd-enriched ointment in inflammatory skin diseases and cutaneous scars. Clin Ter. 2019 Mar 1;170(2):e93-9. – https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30993303/

[v] Kim HJ, Kim B, Park BM, Jeon JE, Lee SH, Mann S, Ahn SK, Hong SP, Jeong SK. Topical cannabinoid receptor 1 agonist attenuates the cutaneous inflammatory responses in oxazolone‐induced atopic dermatitis model. International journal of dermatology. 2015 Oct;54(10):e401-8. – https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26095080/

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais