Seedsman Blog

LE CANNABIS POURRAIT AIDER À TRAITER L’AUTISME CHEZ LES ENFANTS

Les spéculations sur les bienfaits potentiels du cannabis pour les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) se sont considérablement développées ces dernières années, mais, en l’absence d’essais cliniques à grande échelle, ces affirmations manquent de crédibilité scientifique. Cependant, une nouvelle étude publiée par l’Université du Minnesota a trouvé des preuves que le cannabis atténue de manière significative de nombreux symptômes des troubles du spectre autistique. L’auteur de l’étude, Mai Xiong, a conclu que la plante devrait être considérée comme un traitement pour les enfants autistes[i].

Cannabis et autisme

Ce nouvel article est en fait une synthèse qui a examiné tous les travaux publiés précédemment concernant les effets du cannabis sur les symptômes de l’autisme chez les jeunes. Individuellement, les études incluses dans la revue ne peuvent pas être considérées comme concluantes puisqu’elles portent chacune sur un très petit nombre d’enfants, mais lorsqu’elles sont examinées collectivement, les modèles qu’elles révèlent deviennent soudainement beaucoup plus concluants.

Avant d’examiner les données concernant l’influence du cannabis sur les symptômes de l’autisme chez l’homme, l’étude se penche sur le raisonnement qui sous-tend l’utilisation des cannabinoïdes dans le traitement des TSA. Par exemple, le système endocannabinoïde est connu pour réguler les comportements émotionnels, la communication sociale, la cognition, l’apprentissage, la mémoire et une série d’autres facteurs associés à l’autisme.

Des travaux précliniques sur des rongeurs ont montré que les perturbations du système endocannabinoïde entraînent “des déficits d’attention et de mémoire, de l’hyperactivité, des comportements répétitifs, des phénotypes liés à l’anxiété, une altération des comportements sociaux et une sensibilité accrue aux crises audiogènes”. La restauration de la fonction de ce système a toutefois permis d’atténuer ces symptômes[ii]

Le cannabis soulage les symptômes de l’autisme chez les enfants

Après avoir examiné toutes les données cliniques concernant les effets du cannabis sur les enfants atteints de TSA, les chercheurs ont noté un changement positif au niveau de la communication sociale. Dans une étude, les enfants autistes qui ont reçu un traitement ont montré une amélioration de 30 % de la communication[iii], tandis qu’une autre étude a noté une amélioration de 47%[iv].

Bien que le mécanisme qui sous-tend cet effet ne soit pas clair, il est probablement lié au fait que les régions corticales de l’hémisphère gauche – qui sont fortement associées au langage – ont une concentration particulièrement élevée de récepteurs cannabinoïdes. Il semble donc probable que les cannabinoïdes régulent la fonction des principales zones du cerveau impliquées dans la communication.

Un certain nombre de symptômes secondaires des TSA semblent également être grandement atténués par le cannabis. Par exemple, une étude a révélé que six mois après un traitement au cannabis, 89,8 % des enfants autistes présentaient une réduction notable de leur agitation, 89 % d’entre eux ayant moins de crises et 83,8 % étant moins agités.

Les enfants atteints de TSA présentent également des taux élevés de troubles collatéraux comme des troubles de l’attention, de l’anxiété et des troubles du sommeil, qui semblent tous être améliorés par le cannabis. Par exemple, une étude a révélé que les enfants autistes ayant reçu du cannabis présentaient une réduction de 70 % des symptômes liés à l’anxiété[v], tandis qu’une autre a noté une amélioration de 71,4 % de la qualité du sommeil[vi].

Parallèlement, 64,8 % des enfants autistes ont connu une réduction de leurs troubles de l’attention après avoir reçu un traitement au cannabis.

Résumant les données, l’auteur de l’étude écrit que “ces résultats positifs justifient l’utilisation du cannabis comme traitement d’appoint chez les enfants et donnent l’impulsion pour d’autres recherches afin de fournir une littérature plus abondante pour soutenir le traitement des symptômes des TSA avec le cannabis.”

[i] Xiong, M. (2021). Cannabis treatment of Autism in children: A literature reivew [Master’s alternative plan paper, Minnesota State University, Mankato]. Cornerstone: A Collection of Scholarly and Creative Works for Minnesota State University, Mankato. – https://cornerstone.lib.mnsu.edu/etds/1108/

[ii] Zamberletti, E., Gabaglio, M., & Parolaro, D. (2017). The endocannabinoid system and autism spectrum disorders: Insights from animal models. International Journal of Molecular Sciences, 18(9), 1916–. https://doi.org/10.3390/ijms18091916

[iii] Bar-Lev Schleider, L., Mechoulam, R., Saban, N., Meiri, G., & Novack, V. (2019). Real life experience of medical cannabis treatment in autism: Analysis of safety and efficacy. Scientific Reports, 9(1), 200. – http://dx.doi.org.ezproxy.mnsu.edu/10.1038/s41598-018-37570-y

[iv] Aran, A., Cassuto, H., Lubotzky, A., Wattad, N., & Hazan, E. (2019). Brief report: Cannabidiol-rich cannabis in children with autism spectrum disorder and severe behavioral problems—A retrospective feasibility study. Journal of Autism & Developmental Disorders, 49(3), 1284–1288. – https://doi-org.ezproxy.mnsu.edu/10.1007/s10803-018-3808-2

[v] Ponton, J. A., Smyth, K., Soumbasis, E., Llanos, S. A., Lewis, M., Meerholz, W. A., & Tanguay, R. L. (2020). A pediatric patient with autism spectrum disorder and epilepsy using cannabinoid extracts as complementary therapy: a case report. Journal of Medical Case Reports, 14(1), N.PAG. https://doi-org.ezproxy.mnsu.edu/10.1186/s13256-020-02478-7

[vi] Barchel, D., Stolar, O., De-Haan, T., Ziv-Baran, T., Saban, N., Fuchs, D. O., Koren, G., & Berkovitch, M. (2019). Oral cannabidiol use in children with autism spectrum disorder to treat related symptoms and comorbidities. Frontiers in pharmacology, 9, 1521. https://doi.org/10.3389/fphar.2018.01521

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais