Seedsman Blog

Cannabis thérapeutique et traumatismes crâniens

Comme de nombreux autres types de blessures et maladies, les traumatismes crâniens déclenchent une réponse immunitaire caractérisée par une inflammation excessive autour du tissu affecté, et c’est cette réaction qui souvent engendre des dommages à long terme. Compte tenu du rôle du système endocannabinoïde dans la régulation de ces réponses immunitaires et de la capacité du cannabis thérapeutique à supprimer l’inflammation, les chercheurs se tournent de plus en plus vers la marijuana comme traitement potentiel des traumatismes crâniens.

Cannabinoïdes et traumatismes crâniens

Un traumatisme crânien entraîne une réponse rapide de la part du système immunitaire qui, via l’inflammation, se débarrasse des cellules endommagées. Bien que ce processus soit indispensable à la guérison, une inflammation excessive peut abimer les tissus environnants ces cellules et ainsi aggraver la situation et augmenter les risques de lésions cérébrales sévères, voire mortelles.

Les cannabinoïdes présents dans notre organisme – ou endocannabinoïdes – sont alors sollicités pour maîtriser cette inflammation. L’endocannabinoïde appelé 2-Arachidonoylglycérol (2-AG) joue alors un rôle de premier plan, puisqu’il module la réponse immunitaire et limite l’inflammation. Cependant, ce mécanisme salutaire est souvent désactivé par la sécrétion, par les cellules endommagées, d’une enzyme appelée monoacylglycérol lipase (MAGL), qui décompose le 2-AG avant qu’il n’ait pu faire son travail.

En conséquence, l’inflammation prend une tournure incontrôlable dans les jours et les semaines suivant le traumatisme, entraînant souvent de graves lésions tissulaires. Les scientifiques recherchent donc des moyens d’inhiber la MAGL immédiatement après une telle blessure, et les premières recherches suggèrent que le cannabidiol (CBD) pourrait jouer ce rôle. Pour cette raison, des scientifiques du Medical College of Georgia mènent actuellement une étude sur l’efficacité du CBD dans le traitement des traumatismes crâniens [i].

Cannabis thérapeutique et traumatismes crâniens

Les chercheurs à l’origine de cette nouvelle étude disposent de nombreux éléments étayant leur hypothèse, puisque nous connaissons déjà la capacité du CBD, du tétrahydrocannabinol (THC) et d’autres cannabinoïdes végétaux – ou phytocannabinoïdes – à réduire l’inflammation et à traiter les lésions cérébrales.

En 1998, une étude indiquait que le CBD et le THC protégeaient le cerveau des rats des dommages lorsqu’ils étaient exposés à des niveaux toxiques de glutamate. Il est intéressant de noter que cet effet protecteur s’est avéré totalement indépendant de l’activité des récepteurs endocannabinoïdes et était plutôt produit par les propriétés antioxydantes des composés [ii].[ii].

Des recherches plus récentes ont montré que le CBD atténuait de manière significative de nombreux dysfonctionnements comportementaux et neuropsychiatriques associés au traumatisme crânien chez la souris, y compris les troubles de la mémoire, l’anxiété, l’agressivité et la dépression.[iii]. Dans l’une de ces études, l’administration aux rongeurs de 10 milligrammes de CBD par kilogramme de poids corporel a permis de restaurer de nombreux déséquilibres neurochimiques produits par le traumatisme crânien, tout en déclenchant la formation de nouveaux neurones dans l’hippocampe, une région clé du cerveau associée à la mémoire.[iv].

Les recherches sur les humains ont donné des résultats similaires. Par exemple, une étude publiée en décembre 2018 a indiqué que 80% des patients ayant reçu du cannabis médicinal comme traitement d’un traumatisme crânien « ont connu une amélioration significative de leur niveau d’activité cérébral ». Les améliorations les plus notables avaient trait à l’humeur, au sommeil et aux maux de tête, mais aussi à la qualité de vie en général [v].

Fait intéressant, cette même étude a révélé que certains chimiotypes et modes d’ingestion de cannabis étaient les plus efficaces que d’autres. Par exemple, une huile de cannabis contenant du THC et du CBD dans un rapport de 1:1 s’est avérée traiter particulièrement efficacement les symptômes généraux à long terme du traumatisme crânien, tandis que la douleur aiguë à la tête était plus efficacement atténuée par le vapotage de cannabis contenant un rapport THC/ CBD de 20:1.

Sachant que les traumatismes crâniens représentant l’une des principales causes de décès chez les jeunes et qu’aucune intervention pharmaceutique ou chirurgicale n’a été trouvée pour limiter efficacement l’inflammation suite à de telles blessures, l’utilisation croissante du cannabis médical pourrait bien s’avérer être une bouée de sauvetage particulièrement bienvenue.

N’importe quel adulte peut acheter des graines de cannabis. Néanmoins, l’usage du cannabis thérapeutique ne doit pas se faire dans n’importe quelles conditions. Premièrement parce que, dans certains pays dont la France, il est interdit de faire germer ces graines. Et deuxièmement parce que l’automédication peut s’avérer une pratique dangereuse. Consultez donc toujours un médecin.

Article connexe

Sports et CBD

[i] https://medicalxpress.com/news/2020-11-cannabinoids-limit-secondary-tbis.html

[ii] Hampson AJ, Grimaldi M, Axelrod J, Wink D. Cannabidiol et (−) Δ9-tétrahydrocannabinol sont des antioxydants neuroprotecteurs. Procédures de l’Académie nationale des sciences. 1998 7 juillet 95(14):8268-73. – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC20965/

[iii] Belardo C, Iannotta M, Boccella S, Rubino RC, Ricciardi F, Infantino R, Pieretti G, Stella L, Paino S, Marabese I, Maisto R. Oral cannabidiol prevents allodynia and neurological dysfunctions in a mouse model of mild traumatic brain injury. Frontières en pharmacologie. 2019 Apr 16;10:352. – https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fphar.2019.00352/full?report=reader

[iv] Mori MA, Meyer E, Soares LM, Milani H, Guimarães FS, de Oliveira RM. Cannabidiol reduces neuroinflammation and promotes neuroplasticity and functional recovery after brain ischemia. Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry. 2017 Apr 3;75:94-105. – https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27889412/

[v] McVige J, Bargnes VH, Shukri S, Mechtler L. Cannabis, concussion, and chronic pain: An ongoing retrospective analysis at Dent Neurologic Institute in Buffalo, NY. Neurology. 2018 Dec 4;91(23 Supplement 1):S18-9. – https://n.neurology.org/content/91/23_Supplement_1/S18.3

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais