Seedsman Blog
Home » LE CHOC DES TITANS ? COMMENT LES GRANDS CIGARETTIERS FONT PRESSION POUR LA LÉGALISATION DU CANNABIS

LE CHOC DES TITANS ? COMMENT LES GRANDS CIGARETTIERS FONT PRESSION POUR LA LÉGALISATION DU CANNABIS

L’industrie du cannabis continue de fleurir aux États-Unis et il n’est donc pas étonnant de voir l’industrie du tabac y pointer le bout de son nez. Depuis des années, les cigarettiers placent leurs pions et préparent leur approche. L’heure est à présent venue.

Un intérêt historique

En décembre 2018, Altria, la société mère du principal fabricant de cigarettes Philip Morris International, a dépensé 1,8 milliard de dollars pour acquérir une participation de 45 % dans le groupe Cronos, basé au Canada, et depuis lors, elle a continué à investir dans la Cannabis Tech – notamment via l’acquisition de vaporisateurs brevetés, l’investissement d’un montant vertigineux de 12,8 milliards de dollars dans JUUL, producteur de e-liquides à la nicotine, des demandes de brevets pour certaines technologies exclusives. Philip Morris a longtemps vu la marijuana comme un concurrent potentiel du tabac. En 2014, la politologue Rachel Ann Barry a en effet cité des documents internes à l’entreprise datant de 1969, dans lesquels la société exprimait déjà son intérêt pour le monde de la marijuana[i].

Pour se faire une place dans le monde du cannabis, Altria s’est dirigée vers la Chambre des représentants des États-Unis. Elle a ainsi payé trois lobbyistes du principal cabinet d’avocats spécialisé dans le cannabis, Brownstein Hyatt Farber Schrek, pour faire pression sur la Chambre sur les questions fiscales. Altria a ensuite financé des lobbyistes pour influencer les politiques liées au CBD et aux accises sur les produits autres que le tabac. Le géant du tabac ne plaisante donc vraiment pas. En effet, Altria a continué à peser de tout son poids pour promouvoir la légalisation. C’est ainsi qu’en janvier 2021, la société s’est exprimée en faveur d’une “réglementation équitable des ventes de cannabis en Virginie”, où elle est basée[ii]. S’adressant au site Web Cannabis Wire, le porte-parole d’Altria, George Parman, a déclaré : “Altria soutient la légalisation fédérale du cannabis dans un cadre réglementaire approprié”[iii]

Altria a déjà aligné les billets pour acheter les noms de domaine “AltriaCannabis.com” et “AltriaMarijuana.com”.

Un rêve pour les investisseurs ?

Une entreprise aussi puissante qu’Altria qui monte au créneau pour défendre le cannabis, c’est presqu’un miracle pour les investisseurs. Le journaliste de Bloomberg et ancien directeur général de KIT Finance Investment Banks, Leonid Bershidsky, a écrit dans son article de 2015 “Big Tobacco’s future as Big Marijuana” que “Big Tobacco est prêt à dominer le marché légal de la marijuana, et pour cette raison, Big Tobacco peut s’avérer une opportunité immense”[iv].

Résistance

Si certains investisseurs suivent d’un œil attentif les mouvements d’Altria, d’autres sont moins enthousiastes. Plutôt que de se réjouir de la puissance du plus grand nom du tabac, qui s’engage en faveur de la légalisation, beaucoup sont sceptiques.

Shaleen Title, célèbre avocate américaine et partisane du cannabis, a écrit dans un article (à lire absolument) publié le 8 avril dans le Boston Globe :

“Aujourd’hui, les géants du tabac déversent des milliards de dollars dans la nouvelle industrie légale de la marijuana, apparemment déterminés à faire des consommateurs de cannabis récréatif et thérapeutique leurs prochaines proies. Nous n’avons pas à les laisser faire”.

Mme Title poursuit ensuite (faisant référence à une affaire judiciaire de 2006 dans laquelle six plaignants ont fait interdire à Philip Morris toute déclarations trompeuses ou mensongères concernant les cigarettes et leurs risques pour la santé) : “Les fabricants de tabac sont des racketteurs condamnés qui ont sciemment trompé le public avec de fausses allégations sur leurs produits pendant des décennies. La plupart d’entre nous peuvent les imaginer, ces riches bourgeois réunis autour d’une belle table examinant un graphique montrant les bénéfices tirés des cigarettes – un produit qui tue jusqu’à la moitié de ses utilisateurs – et imaginant de nouveaux composés chimiques pour rendre ces produits encore plus addictifs et attractifs”[v].

D’autres exemples des méfaits de l’industrie du tabac montrent la nécessité réelle de s’opposer à leurs ambitions dans le monde du cannabis. Au cours des dernières décennies, l’industrie a mené des campagnes marketing choquantes afin d’engranger toujours plus de revenus en ciblant des populations vulnérables. Shaleen Title et Andy Tan ont ainsi écrit : “Il faut à tous prix éviter que Big Tobacco ne prenne le contrôle de l’industrie du cannabis et ne se transforme en Big Tobacco 2.0, avec des conséquences mortelles pour la santé publique. Au moyen d’un marketing spécifique, ils ont ciblé des populations racisées et LGBT+. RJ Reynolds a ainsi mentionné une campagne de marketing ciblant les sans-abris et les homosexuels de San Francisco baptisé “Project SCUM”, nom révélateur du mépris qu’ils ressentent pour ces populations marginalisées.” [vi].

Ces comportements viennent grossir une longue liste de mensonges, de manipulations et de marketing trompeur (mettant, par exemple, en avant des cigarettes légères ou à faible teneur en goudron afin d’augmenter les ventes et les revenus à une époque où les dangers du tabagisme étaient bien connus). Philip Morris est même allé jusqu’à faire un pied de nez à une institution aussi prestigieuse que le Surgeon General des États-Unis, lorsqu’en 1987, il publia une série de publicités affirmant qu’il n’existait “aucune preuve” des dangers du tabagisme passif [vii]. Ils ne reculent devant rien pour gagner de l’argent. On ne peut craindre ce que leur contrôle de l’industrie du cannabis impliquerait pour les consommateurs quand on voit comment ils se sont arrangés pour augmenter l’addictivité de leurs produits.

Machine arrière

Afin d’éviter une monopolisation potentielle, plusieurs États américains (Colorado, Washington, NYC, Illinois) ont commencé à introduire des lois visant à freiner l’expansion inévitable de Big Tobacco dans le domaine du cannabis. Dans le Massachusetts, les régulateurs ont introduit des limites restreignant le nombre de magasins ou d’usines qu’un même individu peut posséder – cette mesure garantirait qu’aucune entreprise individuelle ne puisse posséder une influence excessive sur les politiques d’élaboration des règles en matière de protection des consommateurs[viii]. Steve Rolles, analyste politique principal de la Transform Drug Foundation, a soutenu cette mesure sur Twitter (8/04/2021), suggérant que “limiter la taille des acteurs du marché permettrait de régler les problèmes de monopoles”.

À l’heure actuelle, le gouvernement tente de limiter l’implication de l’industrie du tabac, le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, déclarant que “nous ne voulons pas que les grandes compagnies de tabac et les grandes compagnies d’alcool prennent le pouvoir”. Il reste toutefois à voir quelles mesures le gouvernement prendra pour appuyer les propos de M. Schumer.

Il reste aussi à voir quelle influence la puissance financière considérable d’Altria peut acheter dans ce combat, ou quelles sont ses intentions, en dehors des motifs évidents de profit. Mais avec les activistes qui commencent ouvertement à s’opposer à ces projets, et les antécédents de Big Tobacco, il semble certain que l’industrie du cannabis n’accueillera pas ces nouveaux acteurs à bras ouverts.

Références:

[i] https://www.milbank.org/wp-content/files/documents/featured-articles/pdf/Milbank_Quarterly_Vol-92_No-2_2014_The_Tobacco_Industry_and_Marijuana_Legalization.pdf

[ii] https://www.forbes.com/sites/chrisroberts/2021/02/09/tobacco-giant-altria-is-pushing-marijuana-reform-on-congress-and-state-lawmakers

[iii] https://cannabiswire.com/2021/02/07/altri-maker-of-marlboro-cigarettes-is-lobbying-on-cannabis-sales-in-virginia

[iv] https://ticotimes.net/2015/02/22/big-tobaccos-future-as-big-marijuana

[v] https://www.bostonglobe.com/2021/04/08opinion/big-tobacco-is-coming-legal-marijuana

[vi] https://blogs.bmj.com/tc/2021/04/10/perils-of-the-tipping-point-of-big-tobacco-2-0-taking-over-the-legal-cannabis-industry/

[vii] https://truthinitiative.org/research-resources/tobacco-prevention-efforts/5-ways-tobacco-companies-lied-about-dangers-smoking

[viii] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22095331/

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais