Seedsman Blog
Illustration investissements David Beckham CBD

DAVID BECKHAM INVESTIT DANS LE CBD

Le cannabidiol (CBD), l’un des cannabinoïdes présents dans le cannabis attire tous les regards pour le moment : les scientifiques y voient un composé au potentiel thérapeutique immense, les consommateurs le considèrent comme un produit qui leur fait tout simplement du bien, les politiques voient bien que sa prohibition n’a pas de sens, et les investisseurs, eux, sentent bien qu’il y a de l’argent à se faire sur ce marché en plein essor. Parmi ceux-ci, on compte l’ex-footballeur David Beckham qui vient d’investir dans une entreprise de ce secteur. Cet investissement participe du changement d’image du CBD, de moins en moins considéré comme un produit dont la prohibition est légitime.

Les investissements de David Beckham dans le CBD

L’empire financier de David Beckham et de son épouse Victoria Beckham est immense et complexe. Schématiquement, il est entièrement géré par la Beckham Brand Holding. Jusqu’il y a peu, le couple Beckham possédait deux tiers de ce holding, le dernier appartenant à Simon Fuller, l’associé de l’ancien footballeur et créateur des Spice Girls. En 2019, le couple Beckham dépensa quelques 50 millions de dollars (42 millions d’euros) pour devenir propriétaire unique de cette société chargée de gérer la marque « Beckham »[1]. L’une des entreprises de la Beckham Brand Holding est DB Ventures, dont le siège social se trouve à Londres. Cette-dernière est spécialisée dans les investissements. Et c’est à travers elle que David Beckham vient d’investir dans le cannabis, spécifiquement, dans le CBD.

En février 2021, DB Ventures a acquis une participation minoritaire dans l’entreprise britannique Cellular Goods, comme en informe Sky News. L’entreprise dans laquelle David Beckham vient d’investir consacre son activité aux cosmétiques enrichis en CBD et aux produits CBD destinés aux sportifs. Pour éviter tout problème avec la législation en vigueur, l’entreprise utilise du CBD de synthèse plutôt que du cannabidiol issus de la plante de cannabis, ce qui lui permet d’éviter la présence de traces, même infimes, de THC.

L’investissement de DB Ventures dans Cellular Goods a été rendu possible par la très récente entrée en bourse de cette entreprise, pour une capitalisation de 22 millions de livres (25 millions d’euros). La 26 février 2021, Cellular Goods devint la première entreprise du secteur du cannabis cotée à la bourse de Londres, une évolution permise par une décision des autorités financières britanniques datée de fin 2020 qui autorisa l’entrée en bourse des entreprises du secteur du CBD, à conditions que leurs produits aient des applications thérapeutiques.

This image has an empty alt attribute; its file name is image.png
Cours de l’action Cellular Goods (entreprise commercialisant du CBD dans laquelle a investi David Beckham) de son entrée en bourse le 26/02/2021 au 04/03/2021

Les implications de ces investissements pour le secteur du cannabis

Qu’une star internationale comme David Beckham investisse dans un secteur comme celui du CBD n’est pas anodin et dépasse de loin le simple stade du fait divers. Cette action est symptomatique du changement d’image du CBD. En effet, le cannabidiol fut longtemps considéré comme un simple sous-produit du cannabis qui devait donc être prohibé au même titre que le THC. Or, depuis des années déjà, les études scientifiques se multiplient qui démontrent les bienfaits thérapeutiques du CBD et son absence d’effets secondaires indésirables.

Ce mouvement de normalisation du CBD n’est pas cantonné au Royaume-Unis. En Europe aussi, le recours au cannabidiol est de plus en plus fréquent, ce qui provoque des tensions, notamment en France, comme en a récemment témoigné l’ « Affaire Kanavape ». Appelée à se prononcer dans cette affaire, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) déclara, en effet, que, « d’après l’état actuel des connaissances scientifiques, dont il est nécessaire de tenir compte, à la différence du THC, un autre cannabinoïde du chanvre, le CBD […] n’apparaît pas avoir d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine ». La CJUE interdit donc à la France d’interdire la commercialisation du CBD[2], d’où l’impressionnante multiplication des boutiques spécialisées dans la vente de produits à base de CBD.

Les pays anglo-saxons appréhendent généralement le cannabis avec moins de préjugés négatifs que le reste de l’Occident, en particulier l’Europe continentale. En effet, alors que la réforme du cannabis progresse à grands pas aux Etats-Unis,  l’Europe demeure à la traine dans ce domaine. Dans le monde anglo-saxon, des stars du sport ou d’autres domaines n’hésitent donc pas à associer leur image au cannabis. En Europe, les seules stars qui agissent ainsi sont généralement des rappeurs à l’identité contestataire dont la proximité avec le cannabis est plus une question de représentation et d’image publique que de business. Pensons, par exemple, à Koba LaD qui distribua des fleurs CBD à ses fans pour promouvoir la sortie de son nouvel album en octobre dernier.

Le cas de David Beckham est, néanmoins, bien différent. En effet, David Beckham est une immense star internationale qui gère son image avec le plus grand soin. La nouvelle des ses investissements dans le CBD a fait le tour du monde, ce qui contribue à normaliser ce milieu, même en dehors du monde anglo-saxon. Ce faisant, David Beckham aide à retirer au cannabis son association à des milieux contestataires pour n’en faire qu’un business comme un autre, qu’il ne faut pas traiter de manière spécifique.


[1] https://elpais.com/elpais/2019/05/10/gente/1557485820_879549.html

[2] https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2020-11/cp200141fr.pdf

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais