Seedsman Blog

LES ÉTATS-UNIS LÉGALISERONT-T-ILS LE CANNABIS ?

Pour la première fois depuis 2009, le Parti démocrate s’apprête à contrôler le Sénat, la Chambre des représentants et la Maison Blanche aux États-Unis. C’est donc le moment ou jamais de légaliser le cannabis au niveau fédéral. Ce changement intervenu après la victoire des deux candidats démocrates au second tour des élections législatives en Géorgie donne à l’administration Biden une opportunité de tenir sa promesse. Il ne reste qu’à voir l’importance que ce gouvernement accorde à la réforme du cannabis.

Le nouveau président du Sénat promet de légaliser le cannabis aux États-Unis

Lorsque le Républicain Mitch McConnell était président du Sénat, aucun progrès n’a été fait en matière de réforme du cannabis au niveau fédéral. De son côté, le démocrates Chuck Schumer, qui devrait bientôt assumer la présidence du Sénat, a affirmé à plusieurs reprises son soutien à la réforme et s’est engagé à légaliser le cannabis de sorte que tous les Américains puissent enfin dépasser le simple achat de graines de cannabis.

Les prochaines élections législatives se tenant dans deux ans, le sénateur de New York a le temps de tenir sa parole. Les récentes victoires de Raphael Warnock et Jon Ossoff en Géorgie ont mené à une parfaite division au sein du Sénat des États-Unis, les démocrates et les républicains y ayant détenant chacun 50 sièges. Or, comme toute impasse est départagée par la vice-présidente Kamala Harris, les démocrates dominent le rapport de force et pourront, s’ils en ont l’envie, adopter des projets de loi visant à légaliser le cannabis.

Les deux nouveaux sénateurs géorgiens ont fermement affirmé leur soutien à de telles mesures, Warnock critiquant ouvertement la guerre contre la drogue et ses conséquences. Ossoff a, quant à lui, fait de la légalisation du cannabis l’un de ses thèmes de campagne pour se gagner le soutien des jeunes électeurs.

Les États-Unis sont-ils sur le point de légaliser le cannabis ?

Bien que la victoire démocrate en Géorgie soit encourageante, il ne faut pas se réjouir trop vite. Même si la réforme du cannabis est soutenue par une majorité d’Américains et de nombreux ténors démocrates, le président élu s’est toujours montré assez tiède sur la question.

Féroce guerrier de la drogue à l’époque où il était sénateur, Biden a depuis renié ses positions prohibitionnistes. L’une de ses principales promesses de campagne consistait d’ailleurs à décriminaliser le cannabis et à effacer tous les casiers judiciaires relatifs à la possession de marijuana. De nombreuses personnalités démocrates l’ont pourtant exhorté à aller plus loin et à s’engager pour une légalisation complète au niveau fédéral.

À l’opposé de la tiédeur de Biden, la vice-présidente élue Harris a parrainé le MORE Act, qui a bénéficié d’un soutien historique à la Chambre des représentants le mois dernier avant d’être rejetée par un Sénat encore dominé par les républicains. Il devra être réintroduit une fois que débutera la nouvelle session du Congrès.

De nombreux ténors démocrates ont déjà commencé à faire pression sur Biden pour faire de la légalisation du cannabis une priorité absolue dès le début du 117e Congrès. Mais le président élu continue de tergiverser. De même, Harris a déclaré qu’elle ne ferait pas pression sur le nouveau prédisent pour fasse de la réforme du cannabis une priorité politique, d’où une véritable incertitude sur les progrès qui seront réalisés dans les années à venir.

Malgré ces frustrations, les victoires remportées par Warnock et Ossoff sont susceptibles d’apporter le dernier coup de pouce nécessaire à la réforme. Il est aujourd’hui presque certain qu’un projet de loi sera adopté par le Sénat des États-Unis pour décriminaliser ou légaliser le cannabis au niveau fédéral. Mais quelle sera son ampleur ?

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais