Seedsman Blog

TOUT SUR LES TRICHOMES DU CANNABIS

Quiconque a déjà regardé des photos détaillées de fleurs ou de feuilles de cannabis sera quelque peu familiarisé avec les trichomes. Remplis de résine riche en cannabinoïdes, ces minuscules structures à l’allure de petits champignons sont le lieu où la magie opère. Même si nous en avons encore beaucoup à apprendre sur eux, la recherche avance et les connaissances s’accumulent. Voici donc un rapide aperçu de l’état de nos connaissances sur les trichomes.

Les dernières avancées consacrées aux trichomes

Nous savons déjà tous que c’est dans les trichomes que se concentrent la majeure partie des cannabinoïdes, des terpènes et des flavonoïdes d’une plante de cannabis. Il n’y a rien là de bien neuf. Pourtant, ce n’est qu’en 2019 que les scientifiques sont enfin parvenus à retracer le cycle de vie de ces structures miniatures. Leurs conclusions, été publiées dans The Plant Journal [i], a fourni une description détaillée des trois différents types de trichomes : les bulbeux, les capités à tige et les trichomes à cystolithe.

Les trichomes à cystolithe sont les plus grands. Ce sont donc eux qui contiennent le plus de résine. Grâce à une série de photographies étonnantes, les auteurs de l’étude ont révélé que la plupart des trichomes à tige d’une plante de cannabis se développaient en trichomes à cystolithe de grande taille pendant la floraison. Ainsi, la proportion de trichomes à tige passe de 30 à 80 ou 90 % lorsqu’une plante arrive à maturité, ce qui permet l’augmentation de la synthèse de cannabinoïdes.

Les trois types de trichomes : bulbeux, à tige et à cystolithe

Les chercheurs ont également découvert que les trichomes à tige contiennent toujours huit cellules dans leur disque sécrétoire, alors que les trichomes à cystolithe peuvent en contenir deux fois plus. Ces cellules étant responsables de la sécrétion des cannabinoïdes, des terpènes et d’autres composés, il est aisé de comprendre l’importance des trichomes à cystolithe.

Peut-être plus intriguant encore, les chercheurs ont également découvert que les trichomes qui recouvrent les feuilles de cannabis présentaient le même profil cannabinoïde que ceux qui sont présents sur les fleurs, tout en possédant un profil terpénique légèrement différent. Cette découverte suggère que les trichomes présents sur les feuilles sont tout aussi puissants qu’in trouve sur les fleurs, mais qu’ils peuvent avoir un goût différent. La raison exacte de cette différence demeure inexpliquée.

Dans un communiqué de presse, l’auteur de l’étude, Sam Livingstone, a mis en avant un autre mystère, expliquant que “les trichomes stockent les métabolites dans leurs parois cellulaires […] Or, un niveau aussi élevé de métabolites devrait s’avérer toxique pour les cellules. Nous voulons donc comprendre comment elles gèrent cela.”

Trichomes à cystolithe en gros plan

Pourquoi les plantes de cannabis ont des trichomes ?

De nombreuses plantes ont des trichomes. Mais leur fonction diffère grandement d’une espèce à l’autre. Certaines plantes carnivores, par exemple, sont recouvertes de trichomes collants et gluants qui leurs permettent de prendre les insectes au piège.

Dans le cas du cannabis, les trichomes sont plutôt un moyen de défense. En effet, les cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes contenus dans les trichomes du cannabis repoussent certains insectes qui, autrement, en dévoreraient les feuilles. De plus, la présence de ces petits insectes attirerait des insectes plus gros désireux de s’attaquer à ces nuisibles. Mais ce n’est pas tout. En effet, on pense également que les cannabinoïdes agissent comme une sorte d’écran solaire, protégeant les plantes des rayons ultraviolets.

Nous l’avons souligné, la proportion de trichomes à cystolithe augmente pendant la floraison. En phase de croissance, les plantes de cannabis sont plutôt couvertes de minuscules trichomes bulbeux, qui ne contiennent qu’une poignée de cellules, et de trichomes à tige, lesquels ressemblent à de minuscules poils. Ces deux types de trichomes sont trop petits pour être vus à l’œil nu. Les trichomes à cystolithe sont constitués d’une tige et surmontée d’une tête sphérique dans laquelle est stockée la résine. Bien qu’il soit préférable de les observer à la loupe ou au microscope, ces trichomes-là peuvent être visibles à l’œil nu, surtout lorsqu’ils recouvrent entièrement la surface d’une plante.

Que faire des trichomes ?

Les plantes mûres sont recouvertes de millions de trichomes à cystolithe qui leur donnent un éclat argenté.

Si vous prévoyez de fumer vos fleurs, manipulez-les avec une extrême prudence. En effet, si vous vous montrez trop brusque, vous risquez d’endommager les trichomes et de les voir se détacher de la plante pour terminer au sol. Les trichomes risquent également de se dégrader s’ils sont exposés à la chaleur, à la lumière ou à l’air. C’est pourquoi il est essentiel de bien sécher et affiner l’herbe, un processus qui permet la conservation des trichomes.

D’autres cultivateurs retirent les trichomes de leurs plantes afin d’en produire des concentrés et des extraits comme le haschisch, la cire, les huiles ou le shatter. Malgré leurs différences, tous ces produits sont en fait composés de résine, c’est-à-dire de trichomes compressés ensemble.

C’est la manière dont les trichomes sont extraits qui détermine la nature du concentré. Tamisez manuellement les trichomes séchés et vous obtiendrez du kief (qui peut être saupoudré sur les articulations ou ajouté au beurre pour la confection de recettes de cuisine infusées au cannabis). Le kief peut également être pressé pour former du haschisch. Les huiles, elles, sont produites à l’aide de solvants à base d’hydrocarbures comme le butane ou le propane. Les concentrés présentent de nombreux avantages, notamment celui de ne pas se dégrader, ce qui permet une conservation à long terme.

Comment interpréter la couleur des trichomes

Les trichomes ont d’autres utilités, puisqu’ils peuvent indiquer le meilleur moment pour procéder a la récolte. Quand ils sont mûrs, ils changent de couleur. Cette variation peut être subtile mais elle existe. C’est pourquoi de nombreux cultivateurs observent leurs trichomes à l’aide d’une loupe qui permet une meilleur une observation plus précise qu’à l’œil nu.

En fait, lorsque la concentration en cannabinoïdes augmente dans les trichomes, les terpènes changent de teinte, passent du transparent au blanchâtre. C’est le moment de la récolte. Si vous ne récoltez pas et que vous attendez un peu, le THC se muera en cannabinol (CBN), ce qui provoquera encore un changement de couleur, les trichomes passant du blanc laiteux à l’ambré.

Le CBN génère un stone puissant qui colle au sofa, un effet apprécié par plus d’un. En général, beaucoup de producteurs récoltent donc leurs fleurs quand un quart à un tiers des trichomes sont ambrés. Ils s’assurent ainsi que celles-ci contiennent une riche combinaison de THC et de CBN qui génère un high plus équilibré et un puissant effet corporel.

Comment booster la production de trichomes ?

La quantité de trichomes présents sur une plante est surtout déterminée par la génétique. Mais des facteurs environnementaux – sur lesquels le cultivateur peut influer – entrent aussi en jeu.

Comme le cannabis produit des trichomes pour se protéger des rayons du soleil, l’utilisation d’une source de lumière à spectre complet est susceptible de générer une plus grande production de trichomes. C’est l’une des raisons du succès de panneaux LED qui émettent une gamme de longueurs d’onde plus complète que les HPS.

Notez cependant qu’une production de trichomes accrue n’entraîne pas nécessairement une augmentation de la puissance du cannabis, puisque d’autres facteurs entrent en compte pour déterminer la concentration finale du cannabis en cannabinoïdes.

[i] Livingston SJ, Quilichini TD, Booth JK, Wong DC, Rensing KH, Laflamme‐Yonkman J, Castellarin SD, Bohlmann J, Page JE, Samuels AL. Les trichomes glandulaires de cannabis modifient la morphologie et la teneur en métabolites pendant la maturation des fleurs. Le Journal des plantes. 2020 Jan;101(1):37-56. https://doi.org/10.1111/tpj.14516

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais