Seedsman Blog

TOUT SUR LA CBDV

Aujourd’hui, rares sont ceux qui n’ont pas entendu parler des bienfaits du cannabidiol (CBD). Mais moins nombreux sont ceux qui connaissent un composé structurellement similaire appelé cannabidivarine (CBD). Comme le CBD, ce cannabinoïde non psychoactif ne vous fera pas planer. En revanche, il produit une série d’effets anti-inflammatoires et neuroprotecteurs. À mesure que l’intérêt pour la CBDV grandit, la recherche commence à suggérer que ce composé pourrait avoir un rôle à jouer dans le traitement de l’épilepsie, de l’autisme et d’une série d’autres affections.

Article connexe

The Cannabinoid Spectrum

CBDV – Pour quoi faire ?

Comme de nombreuses autres molécules présentes dans le cannabis, la CBDV demeure mal connue. En effet, aucun essai clinique majeur ne lui a encore été consacrée. Néanmoins, un nombre croissant de preuves précliniques a attiré l’attention des acteurs de l’industrie pharmaceutique et du cannabis thérapeutique.

GW Pharmaceuticals – la société qui a commercialisé le premier médicament à base de CBD contre l’épilepsie – essaie à présent de recourir au CBDV dans le traitement des crises d’épilepsie. Les essais cliniques ne sont pas encore d’actualité, mais les travaux menés jusqu’à présent sur des rats suggèrent que ce composé module l’excitabilité des neurones dans l’hippocampe. Selon une étude financée par GW et publiée en 2014, ce cannabinoïde empêche l’hyperexcitabilité neuronale en se liant au récepteur de la capsaïcine, ce qui indique qu’il pourrait contribuer à prévenir les crises[i].

D’autres recherches ont suggéré que la CBDV pourrait également jouer un rôle important dans le traitement de l’autisme. Dans une étude, des chercheurs ont ainsi donné de la CBDV à un groupe de 17 patients atteints d’autisme et à 17 autres personnes non autistes. La prise de CBDV a provoqué chez eux une modification de l’activité du glutamate dans une région du cerveau appelée ganglions de la base, laquelle est en partie responsable de l’autisme[ii].

Une autre étude, menée sur des souris souffrant d’une forme d’autisme, a révélé que le traitement à la CBDV entraînait des améliorations en termes de “déficiences sociales, d’attirance pour la nouveauté sociale, de déficits de la mémoire à court terme, de comportements répétitifs et d’hyperlocomotion”[iii].

Ce cannabinoïde semble également prometteur dans le traitement du syndrome de Rett. Cette maladie est causée par une mutation sur le chromosome X et affecte donc principalement les femmes. Les symptômes comprennent un retard de croissance ainsi qu’une déficience sociale et cognitive. Des recherches précliniques sur des souris présentant la même mutation génétique indiquent que la CBDV améliore la coordination motrice, la sociabilité et la santé globale[iv].

Une étude a même révélé que la CBDV favorisait la croissance du cerveau et régulait la concentration des récepteurs cannabinoïdes, deux éléments que l’on pense être altérés chez les patients souffrants du syndrome de Rett[v].

Enfin, ce cannabinoïde est actuellement étudié comme traitement potentiel de la myopathie de Duchenne, une maladie causée par un déficit en dystrophine, la protéine qui relie les fibres musculaires à la matrice extracellulaire. Les personnes atteintes de myopathie de Duchenne ont donc tendance à souffrir de dégénérescence musculaire et d’inflammation chronique. Or, des recherches menées sur des animaux ont montré que la CBDV pouvait prévenir ces deux phénomènes, atténuant ainsi la perte de locomotion[vi].

Où se trouve la CBDV ?

La CBDV se trouverait en plus grande quantité dans les variétés indica, certaines landraces africaine ou asiatique étant considérées comme la meilleure source de ce cannabinoïde. Cela dit, les breeders commencent maintenant à commercialiser des génétiques riches en CBDV, que vous pourrez aisément vous procurer chez Seedsman.

[i] Iannotti FA, Hill CL, Leo A, Alhusaini A, Soubrane C, Mazzarella E, Russo E, Whalley BJ, Di Marzo V, Stephens GJ. Nonpsychotropic plant cannabinoids, cannabidivarin (CBDV) and cannabidiol (CBD), activate and desensitize transient receptor potential vanilloid 1 (TRPV1) channels in vitro: potential for the treatment of neuronal hyperexcitability. ACS chemical neuroscience. 2014 Nov 19;5(11):1131-41. – https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/cn5000524

[ii] Pretzsch CM, Voinescu B, Lythgoe D, Horder J, Mendez MA, Wichers R, Ajram L, Ivin G, Heasman M, Edden RA, Williams S. Effects of cannabidivarin (CBDV) on brain excitation and inhibition systems in adults with and without Autism Spectrum Disorder (ASD): a single dose trial during magnetic resonance spectroscopy. Translational psychiatry. 2019 Nov 20;9(1):1-0. – https://www.nature.com/articles/s41398-019-0654-8

[iii] Zamberletti E, Gabaglio M, Woolley-Roberts M, Bingham S, Rubino T, Parolaro D. Cannabidivarin treatment ameliorates autism-like behaviors and restores hippocampal endocannabinoid system and glia alterations induced by prenatal valproic acid exposure in rats. Frontiers in cellular neuroscience. 2019 Aug 9;13:367. – https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fncel.2019.00367/full

[iv] Vigli D, Cosentino L, Raggi C, Laviola G, Woolley-Roberts M, De Filippis B. Chronic treatment with the phytocannabinoid Cannabidivarin (CBDV) rescues behavioural alterations and brain atrophy in a mouse model of Rett syndrome. Neuropharmacology. 2018 Sep 15;140:121-9. – https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0028390818304131

[v] Zamberletti E, Gabaglio M, Piscitelli F, Brodie JS, Woolley-Roberts M, Barbiero I, Tramarin M, Binelli G, Landsberger N, Kilstrup-Nielsen C, Rubino T. Cannabidivarin completely rescues cognitive deficits and delays neurological and motor defects in male Mecp2 mutant mice. Journal of Psychopharmacology. 2019 Jul;33(7):894-907. – https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31084246/

[vi] Iannotti FA, Pagano E, Moriello AS, Alvino FG, Sorrentino NC, D’Orsi L, Gazzerro E, Capasso R, De Leonibus E, De Petrocellis L, Di Marzo V. Effects of non‐euphoric plant cannabinoids on muscle quality and performance of dystrophic mdx mice. Journal britannique de pharmacologie. 2019 May;176(10):1568-84. – https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30074247/

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais