Seedsman Blog

LA CUISINE AU CANNABIS POUR LES NULS

Au cours de la dernière décennie, le cannabis s’est fait une place dans nos cuisines. Il ne s’agit plus aujourd’hui d’expériences gastronomiques plus ou moins audacieuses mais bien d’un type d’alimentation à la portée de tous. Les cuisiniers amateurs adeptes du cannabis sont toujours plus nombreux et j’en fait partie, moi qui, par tâtonnements répétés, ai appris les éléments clés à prendre en considération avant de se lancer dans l’aventure. En effet, il ne suffit pas d’acheter des graines de cannabis, de les cultiver et de mettre les fleurs ainsi récoltées dans un plat. C’est certes un art mais, rassurez-vous, il est à la portée de tous

En effet, il ne suffit pas d’acheter des graines de cannabis, de les cultiver et de mettre les fleurs ainsi récoltées dans un plat. C’est certes un art mais, rassurez-vous, il est à la portée de tous. Les questions sont nombreuses quand on se lance dans la cuisine au cannabis. Indica ou sativa ? Faut-il décarboxyler le cannabis pour le cuisiner ? Quel mode d’infusion du cannabis choisir ? Quel rôle jouent les terpènes dans le goût du cannabis et donc, de la recette ? Quel est le dosage idéal quand on cuisine au cannabis ?

Cet article qui s’adresse aux débutants dans la cuisine au cannabis prétend répondre à toutes les questions ci-dessus.

Quelle génétique pour la cuisine au cannabis ?

Mieux vous choisissez votre génétique, meilleure sera votre recette. Le cannabis se divise schématiquement en trois catégories : indica, sativa et hybride.

Les Indicas apportent relaxation et sont fort prisées de ceux qui souffrent de douleurs chroniques ou d’anxiété. Les Sativas, quant à elles, sont énergisantes. Les hybrides, enfin, combinent ces propriétés à des degrés divers. Elles sont surtout recherchées par ceux qui désirent à la fois le high généré par les Sativas et la relaxation des Indicas.

C’est le choix de la variété utilisée qui dictera l’effet engendré par votre recette. Une fois celle-ci sélectionnée, il faut décarboxyler le cannabis avant de l’infuser dans l’ingrédient de base de votre recette. Une fois que vous avez sélectionné la variété idéale pour votre recette, il est temps de décarboxyler votre cannabis avant de l’infuser avec l’ingrédient de base choisi.

Pourquoi décarboxyler le cannabis pour le cuisiner ?

L’étape la plus importante de la cuisine au cannabis se place avant même le début de la recette. En effet, le cannabis cru contient des acides tétrahydrocannabinoliques (THCA) et des acides cannabidioliques (CBDA). Ce n’est qu’une fois chauffés que ces composés se muent en les composés actifs du cannabis que nous connaissons tous : le THC et le CBD. C’est la décarboxylation qui permet au cannabis générer l’effet recherché. Ce processus d’activation du THC et du CBD peut se faire au four ou sur une plaque de cuisson en quelques étapes simples.

Comment décarboxyler du cannabis ?

  • Préchauffez le four à 115 Cº.
  • Placer le cannabis « légèrement émietté » sur une feuille d’aluminium. Placez ensuite une deuxième feuille sur le dessus et scellez les bords.
  • Mettez le tout au four au four pendant 40 minutes (pas plus).
  • Retirez du four. Le cannabis doit être légèrement grillé. Laissez refroidir 30 minutes.
  • Placez le cannabis dans un contenant scellé et conservez-le pour une utilisation future.

Une fois le cannabis décarboxylé, il est prêt à être infusé dans de l’huile ou du beurre.

Quels ingrédients infuser au cannabis ?

Comme le THC n’est soluble que dans les graisses, le beurre et l’huiles sont à la base de la plupart des aliments infusés au cannabis. Les huiles les plus populaires sont l’huile de coco et l’huile d’olive. Il s’agit de sélectionner l’ingrédient approprié pour la recette que vous désirez réaliser.

Le beurre infusé au cannabis est l’ingrédient de base le plus polyvalent. Il est couramment utilisé en boulangerie et en pâtisserie. Le beurre de cannabis présente d’autres avantages, puisque sa haute teneur en matières grasses génère un effet plus puissant et plus durable.

L’huile infusée au cannabis est également polyvalente et peut être utilisée pour cuire des desserts, sauter des légumes ou encore frire. Elle peut aussi servir à la confection de vinaigrettes et de sauces. Les huiles végétales présentent encore l’intérêt d’avoir une saveur douce et de ne pas brûler à basse température.

L’huile de coco présente une forte concentration en acides gras (80% de graisses saturées) qui créent un puissant liant pour les cannabinoïdes (contrairement à une huile d’olive qui contient moins de 20% de graisses saturées). Il contient également de l’acide laurique particulièrement bon pour la santé.

Les alcoolatures (ou teintures-mères) peuvent être préparées pour infuser des boissons telles que des thés, des sodas, des boissons énergisantes. On peut même les consommer directement de la même manière que les huiles CBD.

Quel rôle jouent les terpènes dans la cuisine au cannabis ?

Les terpènes sont des composés aromatiques que l’on trouve dans les plantes. Ils sont généralement associés au cannabis car les plantes de cannabis en contiennent de fortes concentrations. Dans la cuisine au cannabis, les terpènes les composés générant des goûts, des parfums et des arômes. Le cannabis contient plus de 100 terpènes différents. Bien que la majorité d’entre eux ne soient pas psychoactifs, leurs odeurs et profils de saveur uniques permettent d’induire des humeurs spécifiques et tout en agissant sur la santé.

Le myrcène et le linalol sont les deux terpènes les plus courants. Le premier stimule la relaxation et le sommeil. Le second, lui, est associé à un puissant effet euphorique. Des profils terpéniques où dominent la myrtille ou l’écorce de pin sont parfaits pour donner des notes spécifiques à vos préparations.

Les débutants de la cuisine au cannabis ne doivent pas nécessairement se préoccuper de trouver le profil terpénique idéal pour leurs recettes. Néanmoins, quand vous avancerez en expérience, vous trouverez là de quoi ajouter des nuances par milliers à vos recettes.

Ce tableau devrait vous permettre de vous commencer dans le monde de la cuisine au cannabis et d’y gagner en expérience.

Quel est le dosage idéal quand on cuisine au cannabis ?

Alors que fumer ou vaporiser du cannabis produit un effet instantané, en manger est un exercice de patience. En effet, le corps doit digérer pour que le cannabis engendre un effet. Ce processus peut prendre jusqu’à une à deux heures. Beaucoup de consommateurs pensent ainsi que le dosage est trop faible ou qu’ils présentent une tolérance et sont ainsi amenés à surconsommer pour compenser, ce qui peut engendrer des sensations désagréables.

Voici comment vous y prendre pour éviter ce piège :

  • Contrôlez soigneusement les quantités que vous utilisez. Au besoin, diminuez la dose de cannabis en infusant moins de fleurs ou en augmentant la quantité d’huile ou de beurre.
  • Commencez toujours par une faible dose et attendez. Si vous vous sentez bien une heure ou deux après cette première dose, reprenez-en une.
  • Mangez un repas complet avant de consommer votre recette au cannabis. En effet, l’effet sera plus puissant si vous êtes à jeun.
  • Si vous ne ressentez pas d’effets au bout d’une heure, mangez une petite collation (fruit ou autre) pour activer la digestion.
  • N’oubliez pas que le temps nécessaire pour que les effets des produits comestibles se manifestent dépendra de votre propre métabolisme.

Sources:

https://cannador.com/articles/single/marijuana-terpenes-and-health-benefits

https://www.periodicedibles.com/blog/consuming-terpenes

https://:cannabismd.com/lifestyle/food-drink/the-fundamentals-of-cooking-with-cannabis-terpenes

https://www.cannadish.net/cooking-with-cannabis-the-essential-guide-for-beginners

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais

Jacqui Grant

Jacqui Grant

Jacqui is a mix of many parts - writer, producer, presenter, and a promoter and artisan confectioner of cannabis creations.