Seedsman Blog

La Nouvelle-Zélande vote contre la légalisation du cannabis – de justsse

Une proposition visant à légaliser le cannabis récréatif en Nouvelle-Zélande a été rejetée par les électeurs lors d’un référendum national, portant un coup dur à tout espoir de mettre fin à l’interdiction dans un avenir immédiat. Les sondages menés lors de la préparation du scrutin – qui a eu lieu en même temps que les élections générales – entrevoyaient déjà une issue serrée et leurs pronostics se sont avérés exacts avec 48,4% des votes en faveur du projet de loi proposé et 50,7% des votes.

La faible marge de défaite montre cependant que le soutien à la légalisation est en hausse en Nouvelle-Zélande, et ce mouvement ne fera que continuer alors que d’autres pays du monde adoptent des politiques plus judicieuses en matière de cannabis. Malheureusement, la vague verte semble prendre un peu plus de temps pour enfin atteindre la Nouvelle-Zélande.

Beaucoup de ceux qui avaient fait pression pour la réforme ont critiqué le gouvernement et le Premier ministre Jacinda Ardern pour ne pas avoir soutenu le projet de loi assez fermement dans les semaines et les mois qui ont précédé le référendum. La proposition a été rédigée par le parti travailliste au pouvoir, mais Ardern ne l’a jamais approuvée publiquement et a refusé de confirmer si elle voterait ou non en sa faveur.

En vérité, le Parti travailliste n’aurait jamais lancé cette initiative sans l’insistance du Parti vert, qui a exigé un référendum sur la question en échange de l’entrée dans un gouvernement de coalition après les élections générales de 2016. Cette fois-ci, cependant, le parti travailliste a gagné et détient donc la majorité dont il a besoin pour gouverner seul, ce qui signifie qu’il n’y a plus aucune faction majeure qui milite pour une réforme du cannabis au sein du gouvernement.

Suite à l’annonce du résultat, Ardern a déclaré qu’il n’y aura « aucune tentative de la part des travaillistes de légaliser ou de dépénaliser le cannabis à la lumière du résultat du référendum ». En d’autres termes, le gouvernement n’a pas l’intention de mettre un terme aux préjudices inutiles associés à la prohibition et à son impact sur les communautés de toute la Nouvelle-Zélande.

Par exemple, comme cela a été largement annoncé lors de la préparation du référendum, il existe une disparité raciale importante dans les arrestations liées à la marijuana, les personnes d’origine maorie étant trois fois plus susceptibles d’être poursuivies que les Néo-Zélandais d’origine européenne. De plus, maintenir le cannabis dans l’illégalité signifie que les utilisateurs au comportement problématique ne peuvent pas recevoir l’aide dont ils ont besoin, mais sont au contraire criminalisés et stigmatisés pour leur vulnérabilité.

Un rapport récent sur l’impact de la politique néo-zélandaise en matière de cannabis a révélé qu’ « il n’y a actuellement aucune ressource ou très peu de ressources pour le traitement des méfaits liés au cannabis, en particulier pour les jeunes », et que « les dépenses consacrées à l’application de la loi l’emportent actuellement sur les dépenses consacrées à la réduction des risques »[i]. Malheureusement, cela devrait continuer, du moins pour le moment.

En dépit de tout cela, la consommation de marijuana continue d’augmenter en Nouvelle-Zélande, une étude indiquant que 76,7% des Néo-Zélandais essaient le cannabis à l’âge de 25 ans.[ii]. Il est donc clair que les tentatives d’éradication de la plante et de ses dérivés n’ont pas fonctionné, c’est pourquoi il est logique de légaliser afin d’en tirer parti et de contrôler les méfaits associés à son utilisation. Le projet de loi rejeté aurait permis aux magasins agréés de vendre du cannabis aux personnes de plus de 20 ans, le gouvernement réglementant tous les domaines de la chaîne d’approvisionnement afin de s’assurer que les produits vendus sont de qualité. Avec le soutien populaire grandissant à cette approche raisonnable, le changement semble inévitable, même s’il devra malheureusement attendre un peu plus longtemps que prévu en Nouvelle-Zélande.

[i] https://www.pmcsa.ac.nz/topics/cannabis/

[ii] Boden JM, Fergusson DM, John Horwood L. Illicit drug use and dependence in a New Zealand birth cohort. Australian & New Zealand Journal of Psychiatry. 2006 Feb;40(2):156-63. – https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16476134/

This post is also available in: Anglais