Seedsman Blog
Home » LE CANNABIS AFFECTE-T-IL LE SUCCÈS D’UNE FIV ?

LE CANNABIS AFFECTE-T-IL LE SUCCÈS D’UNE FIV ?

Les informations concernant l’impact du cannabis sur la fertilité sont quelque peu confuses et contradictoires. D’où la nécessité d’approfondir les recherches sur le sujet. Dans ce but, une nouvelle étude a été publiée sur l’effet de la consommation de cannabis sur la fécondation in vitro (FIV).

Les résultats n’ont montré aucune différence dans le taux de réussite de la FIV entre les consommateurs de cannabis et les non-consommateurs. En d’autres termes, se défoncer n’entrave en rien la fertilité[i].

Le cannabis ne compromet pas la FIV

Les auteurs de l’étude ont analysé les résultats de 722 FIV dans un seul centre de fertilité canadien. Un peu moins de 10 % des participantes ont indiqué consommer du cannabis. Il est important de noter que ceux qui ont déclaré fumer, vapoter ou manger de l’herbe avaient le même taux d’implantation que ceux qui n’avaient jamais consommé de cannabis.

Plus important encore – et quelque peu surprenant – les consommateurs de cannabis ayant recours à une FIV avaient un taux de succès plus élevé que les non-consommateurs. Dans l’ensemble, 35,2 % des utilisatrices sont tombées enceintes grâce à leur traitement, contre 29,1 % des non-utilisatrices.

Étudiant ces chiffres, les chercheurs ont analysé plusieurs mesures liées à la fertilité, telles que la réponse ovarienne, l’efficacité de la fécondation et le développement embryonnaire précoce. Ils ont également évalué la qualité du sperme des partenaires masculins. Ils n’ont trouvé absolument aucune différence dans ces résultats reproductifs entre les consommateurs et les non-consommateurs de cannabis.

Les auteurs de l’étude concluent ainsi que “les résultats peuvent rassurer sur l’absence d’effets néfastes démontrables de la consommation de cannabis sur les résultats de la FIV”.

Ils expliquent par ailleurs que de nombreuses études similaires ont été menées ces dernières années, qui ont toutes donné des résultats similaires. Par exemple, ils citent un projet à grande échelle qui a suivi des milliers de couples tentant de concevoir entre 2002 et 2015. En fin de compte, les auteurs “n’ont pas été en mesure de détecter une quelconque différence dans la durée du délai de grossesse entre les hommes ou les femmes consommateurs de cannabis et les non-consommateurs, quelle que soit la fréquence de consommation.” [ii]

Cannabis, sperme et FIV

En plus d’évaluer la fertilité des femmes consommatrices de cannabis qui recourent à une FIV, les chercheurs ont examiné la qualité du sperme de leur partenaire. À leur grande surprise – et à leur grande joie – ils ont constaté que les hommes qui consommaient de l’herbe présentaient un sperme de meilleure qualité et plus abondant que ceux qui n’en consommaient pas.

Comme il s’agit d’une étude d’observation, les auteurs ne sont pas en mesure d’expliquer pourquoi il en est ainsi. Ils soulignent toutefois que cette constatation n’est pas unique. Par exemple, une étude de 2019 a conclu que les couples subissant une FIV avaient plus de chances d’avoir un bébé si le partenaire masculin était consommateur de cannabis.[iii].

Bien que les raisons de cet état de fait ne soient pas claires, des études animales ont mis en lumière la nature inoffensive des cannabinoïdes sur la fertilité masculine. Des recherches récentes sur des souris, par exemple, ont révélé que des injections régulières de THC n’affectent pas la motilité ou la concentration des spermatozoïdes. Lorsque le sperme de souris traité au cannabis a été utilisé pour une FIV, il s’est avéré tout aussi fertile que celui des rongeurs qui n’avaient pas reçu d’herbe[iv]. Il est évident que des recherches supplémentaires sont nécessaires avant de tirer des conclusions solides concernant l’impact du cannabis sur la FIV et la fertilité en général. Cependant, la plupart des preuves suggèrent déjà qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Resources externes


[i] Har-Gil E, Heled A, Dixon M, Ahamed AM, Bentov Y. The relationship between cannabis use and IVF outcome—a cohort study. Journal of Cannabis Research. 2021 Dec;3(1):1-7. – https://jcannabisresearch.biomedcentral.com/articles/10.1186/s42238-021-00099-5

[ii] Kasman AM, Thoma ME, McLain AC, Eisenberg ML. Association between use of marijuana and time to pregnancy in men and women. Findings from the National Survey of Family Growth. Fertil Steril. 2018;109(5):866–71 – https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0015028218300153

[iii] Nassan FL, Arvizu M, Minguez-Alarcon L, Williams PL, Attaman J, Petrozza J, et al. Maijuana smoking and markers of testicular function among men from a fertility centre. Hum Reprod. 2019b;34(4):715–23. https://doi.org/10.1093/humrep/dez002

[iv] Lopez-Cardona AP, Ibarra-Lecue I, Laguna-Barraza R, Perez-Cerezales S, Uriguen L, Agirregoitia N, et al. Effect of chronic THC administration in the reproductive organs of male mice, spermatozoa and in vitro fertilization. Biochem Pharmacol. 2018;157:294–303. https://doi.org/10.1016/j.bcp.2018.07.045

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais