Seedsman Blog
Le cannabis pourrait bientôt être dépénalisé à Londres
Home » Le cannabis pourrait bientôt être dépénalisé à Londres

Le cannabis pourrait bientôt être dépénalisé à Londres

Le Royaume-Uni reste à l’âge de pierre en ce qui concerne la politique relative au cannabis. Toutefois, le maire de Londres, Sadiq Khan, espère faire les premiers pas dans la bonne direction en lançant un projet de dépénalisation limitée.

Cette initiative, qui doit encore être approuvée, supprimerait les sanctions pénales pour les jeunes pris en possession de petites quantités de cannabis dans trois quartiers différents de Londres.

Le cannabis sera-t-il dépénalisé à Londres ?

En annonçant ce projet, le bureau du maire a déclaré qu’il n’avait ni l’autorité ni l’intention de dépénaliser le cannabis à Londres, mais qu’il souhaitait essayer des approches alternatives en matière de drogues. “Cet essai limité, qui est toujours en cours de développement et doit encore être approuvé par la mairie, concernerait trois des 32 arrondissements de Londres et ne s’appliquerait qu’aux jeunes de 18 à 24 ans trouvés en possession d’une petite quantité de cannabis. Il ne s’appliquerait à aucune autre drogue”, a déclaré un porte-parole.

“L’idée de ce programme, qui est déjà utilisé par d’autres forces de police dans le pays, est de détourner les jeunes trouvés en possession d’une petite quantité de cannabis du système de justice pénale et de leur apporter aide et soutien. Il a été démontré que cela réduit les risques de récidive”.

Au cours de sa campagne de réélection réussie l’année dernière, M. Khan a promis de créer une commission chargée d’examiner les inconvénients et les avantages potentiels de la dépénalisation du cannabis à Londres. Si la commission recommande l’arrêt des sanctions pénales pour la possession de cannabis, un soutien du maire pourrait contribuer à placer la question au premier plan de l’agenda politique. Toutefois, cela ne suffirait pas à modifier officiellement le statut juridique de l’herbe.

Malheureusement, la perspective d’un changement de la législation sur le cannabis à Londres ou ailleurs au Royaume-Uni semble mince, le Premier ministre et le chef de l’opposition ayant exprimé leur désapprobation à l’égard de cette petite mesure positive mais essentielle. Un porte-parole de Boris Johnson a déclaré que le gouvernement n’avait “absolument aucune intention de dépénaliser” le cannabis ou toute autre drogue, tandis que le leader travailliste Keir Starmer a déclaré qu’il n’était “pas en faveur d’une modification des lois sur les drogues.”

Malgré la détermination des dirigeants politiques britanniques à continuer de traîner les pieds sur le cannabis, l’appétit pour la réforme grandit au sein de la population. Un récent sondage national commandé par l’Evening Standard et Volteface a révélé que 63 % des habitants de Londres sont favorables à la légalisation du cannabis, 19 % seulement s’y opposant.

À l’échelle nationale, 47 % des personnes interrogées ont déclaré vouloir que l’herbe à usage récréatif soit légalisée, tandis que 30 % se sont déclarées opposées à une telle proposition.

Ces points de vue sont reflétés par des experts de la politique en matière de drogues, comme le professeur Alex Stevens, professeur de justice pénale à l’université du Kent, qui estime que le projet pilote de Sadiq Khan ne va pas assez loin. “Je pense que le gouvernement devrait suivre l’avis du Comité de la santé et des soins sociaux et de la Royal Society of Public Health, selon lequel la possession de drogues en petites quantités ne devrait plus être une infraction pénale”, a-t-il déclaré.

Martin Powell, du groupe de réforme de la politique des drogues Transform, a déclaré que des programmes de détournement tels que celui proposé par Khan sont déjà utilisés par de nombreuses forces de police au Royaume-Uni. Il n’y a aucune raison de retarder l’adoption de cette approche dans la capitale. S’adressant à l’Evening Standard, il a expliqué que[Diversion] ” [la déjudiciarisation] est mise en place dans tout le Royaume-Uni sur la base d’éléments probants, à la fois au Royaume-Uni et dans d’autres pays comme l’Australie qui pratiquent ce genre de choses depuis longtemps, à savoir que non seulement vous ne ruinez pas la vie des jeunes en leur donnant un casier judiciaire, mais que vous avez de meilleurs résultats en matière de santé et que cela réduit également la récidive “.

Comme le prouve la réaction à la proposition de Khan, il y a maintenant un soutien écrasant pour la dépénalisation du cannabis à Londres parmi les universitaires, les experts politiques et le grand public. Il ne reste plus qu’à faire revenir les politiciens à la raison et à commencer à gouverner en fonction d’éléments concrets et non de préjugés basés sur rien du tout.

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais