Seedsman Blog

Les animaux sauvages mangent-ils du cannabis ?

Tous ceux qui cultivent du cannabis en extérieur savent qu’ils doivent protéger leurs plantes d’animaux sauvages tels les pucerons et autres insectes. Mais dangers guettent les cultures de cannabis, puisque des animaux biens plus imposants comme des souris ou des chevaux ont déjà été aperçus quelque peu défoncés après s’être gavé des récoltes d’un pauvre cultivateur qui n’aura plus qu’à recommencer, à acheter des graines de cannabis et à les cultiver, mais, cette fois, en protégeant plus efficacement son espace de culture.

Quels animaux sauvages mangent les plants de cannabis ?

Bien que le nombre d’animaux sauvages qui consomment du cannabis n’est pas connu, on pense que de très nombreuses espèces aiment à grignoter les différentes parties de la plante. Plusieurs types d’oiseaux, par exemple, consomment régulièrement des graines de cannabis, ce qui cause des problèmes majeurs aux cultivateurs.

Des espèces telles que le faisan à queue blanche, le colin de Virginie et les tourterelles noires ont fait des graines de chanvre l’une des bases de leur alimentation, tandis que les colombes gardées en captivité peuvent être nourries exclusivement de graines de cannabis.

La plupart des cultivateurs n’a néanmoins pas à se préoccuper des oiseaux, mais bien d’autres animaux bien plus envahissants. De nombreux mammifères, aux premiers rangs desquels on trouve les souris et les rats se nourrissent en effet de plantes de cannabis lorsqu’ils en ont l’occasion.

Les cultivateurs de cannabis hawaïens, eux, s’en sont pris aux mangoustes dans les excréments desquels ils avaient retrouvé des graines de cannabis. Cependant, une enquête plus approfondie a révélé que ces mangoustes s’attaquaient en fait à des souris et des rats qui s’étaient préalablement gavés de weed et s’étaient retrouvés trop défoncés pour échapper aux mangoustes qui les ont dévorés.

Des chevaux et des mulets ont également été observés en train de manger des fleurs de cannabis en Grèce, tandis qu’un rapport vétérinaire des années 1950 décrit un agneau grec qui, bien que mâchonnant intensément des fleurs de cannabis, grandissait et se développait normalement.

Bien que les cerfs soient connus pour éviter les plantes aux arômes forts, ils consomment périodiquement du cannabis. De nombreux rapports suggèrent qu’en Amérique du Sud, les singes ont également tendance à se nourrir de plants de cannabis, tandis que les agriculteurs kényans affirment qu’un type d’antilope connu sous le nom de dik-dik a également un goût prononcé pour la marijuana [i].

Qu’arrive-t-il aux animaux qui consomment du cannabis ?

Il est peu probable que les animaux qui consomment des graines, des tiges et des feuilles de cannabis connaissent des effets notables de nombreux effets, au contraire de ceux qui s’en prennent aux fleurs qui, eux, peuvent être défoncés. Une souris canadienne a ainsi fait la une des journaux en 2020, alors qu’elle s’était évanouie après avoir consommé les fleurs d’un cultivateur amateur.

La première étude intéressante concernant la consommation de cannabis chez les animaux sauvages a été menée en Inde au XIXe siècle et a vu des scientifiques donner de la résine de cannabis à divers animaux pour en tirer des conclusions intrigantes – bien que douteuses sur le plan éthique. Ses auteurs ont ainsi écrit que « tandis que les animaux et les poissons carnivores, les chiens, les chats, les porcs, les vautours et les corbeaux présentaient invariablement l’influence enivrante de la drogue, les graminivores, comme le cheval, le cerf, le singe, la chèvre, les moutons et les vaches ont subi des effets insignifiants quelle qu’ait été la dose administrée. »[ii]

Il est probable que les scientifiques à l’origine de cette étude soient les seuls à avoir jamais vu un poisson défoncé !

Des recherches plus récentes ont indiqué que les souris de laboratoire deviennent moins agressives après avoir consommé du cannabis, ce qui suggère que les souris sauvages peuvent également présenter des changements de comportement lorsqu’elles grignotent de la weed.[iii]. Il est donc clair que les humains sont loin d’être la seule espèce qui aime ingérer du cannabis, même si ce n’est certainement pas une bonne idée de donner de la marijuana aux animaux. Les chiens, par exemple, métabolisant les cannabinoïdes beaucoup plus lentement que nous, il est préférable de les tenir éloignés de votre réserve.

[i] McPartland JM. Cannabis pests. Journal of the International Hemp Association. 1996 Dec;3(2):52-5. – http://druglibrary.org/olsen/hemp/IHA/iha03201.html

[ii] O’Shaughnessy WB. On the preparations of the Indian hemp, or Gunjah: Cannabis indica their effects on the animal system in health, and their utility in the treatment of tetanus and other convulsive diseases. Provincial Medical Journal and Retrospect of the Medical Sciences. 1843 Feb 4;5(123):363. – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2490264/pdf/provmedsurgj00865-0001.pdf

[iii] Santos M, Sampaio MR, Fernandes NS, Carlini EA. Effects of Cannabis sativa (marihuana) on the fighting behavior of mice. Psychopharmacologia. 1966 Nov 1;8(6):437-44. – https://link.springer.com/article/10.1007/BF00406492

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais