Seedsman Blog
Home » Les contaminants du cannabis à surveiller attentivement

Les contaminants du cannabis à surveiller attentivement

Tout cultivateur de cannabis désire des fleurs de qualité optimale. Il faut donc être vigilants et veiller attentivement aux moisissures, parasites et autres vermines. Parmi les contaminants les plus courants du cannabis figurent les microbes tels que les champignons et les moisissures, ainsi que les métaux lourds et autres produits chimiques présents dans les pesticides et les engrais. Il est essentiel d’empêcher ces impuretés de se retrouver dans votre herbe si vous voulez produire des buds de qualité.

Les contaminants microbiens du cannabis

Comme toutes les plantes, le cannabis doit faire face à de nombreux microbes, notamment des parasites et des agents pathogènes comme l’oïdium et le botrytis. Le système immunitaire de la plante est conçu pour tenir ces envahisseurs à distance. Cependant, le risque de contamination augmente considérablement pendant la période post-récolte, lorsque la plante est morte.

Une récolte, un séchage et un stockage incorrects peuvent ouvrir la porte à plusieurs contaminants courants du cannabis. Si la plupart des microbes du cannabis sont inoffensif pour l’homme, ils peuvent néanmoins être dommageables pour les personnes immunodéprimées.

Des espèces comme l’aspergillus et la pénicilline, par exemple, sont connues pour produire des composés cancérigènes appelés aflatoxines. Si ces contaminants sont généralement absents du cannabis de qualité, les lots mal produits peuvent en contenir. Il existe en effet un rapport sur le cas d’un patient atteint d’un cancer du poumon qui est mort après avoir développé une aspergillose pulmonaire après avoir fumé de l’herbe de mauvaise qualité. Bien que ce genre d’incident soit peu fréquent, il souligne la nécessité de manipuler le cannabis avec précaution pour éviter que des contaminants ne s’y installent[i].

Les contaminants chimiques du cannabis

Les métaux lourds font partie des contaminants les plus courants du cannabis et sont généralement absorbés du sol par les racines de la plante. Ces minéraux potentiellement dangereux se retrouvent souvent dans le sol lorsque des engrais chimiques sont utilisés. C’est pourquoi il est bon d’éviter de traiter les plantes avec tout ce qui contient des métaux lourds comme le plomb, le mercure ou le cadmium.

Heureusement, aucun rapport ne fait état de cannabis contaminé au cadmium ayant causé des problèmes de santé chez les utilisateurs. Et c’est tant mieux. Ce métal lourd est associé à toute une série de maladies, dont les maladies parodontales, le cancer du pancréas et le diabète.

Le cas le plus notable de contamination par des métaux lourds s’est produit à Leipzig, en Allemagne.

Un revendeur a délibérément ajouté du plomb à un lot de fleurs pour en augmenter le poids et en faire monter le prix de vente. Cela a entraîné 95 cas de saturnisme. Ce cas rappelle une fois de plus l’importance d’acheter du cannabis auprès d’une source fiable et d’éviter les contaminants lors de la culture à domicile[ii].

Plus généralement, les pesticides et les engrais industriels contiennent un cocktail de produits chimiques nocifs qui devraient être évités dans la culture de la weed. Fait inquiétant, des chercheurs ont récemment analysé 20 échantillons de cannabis vendus au marché noir à Vancouver et ont trouvé des traces de 24 pesticides différents et des niveaux élevés de bactéries, de champignons, de plomb et d’arsenic.

L’herbe vendue au marché noir est-elle mauvaise ?

Un récent documentaire produit par Vice a mis en lumière un grave problème dans l’industrie du cannabis en Allemagne. D’après un dealer nommé “Banks”, une grande partie du cannabis vendu illégalement dans le pays est mélangé à des cannabinoïdes synthétiques.

Banks affirme que 90 % des variétés Haze sont ainsi aspergées de produits chimiques, ce qui leur confère une plus grande puissance. La seule façon de mettre fin à l’utilisation de ces dangereux contaminants est de légaliser le cannabis, dit-il.

À la suite de ces révélations, certains hommes politiques allemands ont appelé à la légalisation du cannabis, affirmant qu’une grande partie de l’herbe vendue illégalement est mélangée à de l’héroïne. En réalité, il n’y a aucune preuve que ce soit le cas, et il n’y a aucun exemple enregistré de cannabis frelaté avec des opioïdes.

Un autre contaminant du cannabis

Nous avons couvert les principaux contaminants du cannabis, mais une autre impureté mérite également d’être mentionnée. Heureusement, elle est rarement présente dans les fleurs, mais elle peut se retrouver dans de l’herbe importée illégalement.

En clair, il s’agit d’excréments. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, des chercheurs espagnols ont récemment analysé 90 échantillons de haschisch qui avaient été saisis par la police à Madrid et ont détecté la présence d’excréments humains dans les trois quarts d’entre eux[iii].

La source du problème est claire, puisque le haschich en question avait passé la frontière dans le tube digestif de passeurs. Heureusement, l’herbe d’origine légale ou cultivée chez soi ne passe généralement pas par les fesses de qui que ce soit, donc ce contaminant particulier du cannabis ne doit pas être un sujet d’inquiétude.

[i] Montoya Z, Conroy M, Vanden Heuvel BD, Pauli CS, Park SH. Cannabis contaminants limit pharmacological use of cannabidiol. Frontières en pharmacologie. 2020 Sep 11;11:1439. – https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fphar.2020.571832/full

[ii] Busse FP, Fiedler GM, Leichtle A, Hentschel H, Stumvoll M. Lead poisoning due to adulterated marijuana in Leipzig. Dtsch Arztebl Int 2008; 105: 757– 762. – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2696942/

[iii] Pérez-Moreno M, Pérez-Lloret P, González-Soriano J, Santos-Álvarez I. Cannabis resin in the region of Madrid: Adulteration and contamination. Forensic science international. 2019 May 1;298:34-8. – https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0379073819300751

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais