Seedsman Blog
cannabis origines

LES ORIGINES DU CANNABIS

Au cours des vingt dernières années, de nombreuses études chimiotaxonomiques et génétiques ont tenté de comprendre les origines du cannabis, quand et où le cannabis a acquis des propriétés si différentes, et comment la plante de cannabis devrait être classée.

Les plantes de cannabis cultivées et sauvages que l’on trouve dans le monde entier peuvent avoir des aspects très différents : elles peuvent être à feuilles étroites ou à feuilles larges, plus ou moins touffues, plus ou moins hautes, plus ou moins vertes, jaunes, bleues, rouges ou violettes, et avoir des périodes de floraison différentes. En outre, certaines variétés – généralement appelées chanvre – n’ont pratiquement aucune propriété psychoactive, tandis que d’autres sont fortement psychoactives.

Comment classer le cannabis ?

Comme nous l’avons évoqué dans un récent article (Cannabis Sativa vs. Cannabis indica : quelle est la différence aujourd’hui ?), le désaccord entre les botanistes sur la manière de classer les différentes sortes de plantes de cannabis que l’on trouve dans le monde entier existe depuis la fin du 18e siècle.

La classification botanique du cannabis reste l’une des plus controversées parmi les espèces végétales. Tout comme l’origine du cannabis.

Existe-t-il, comme le suggèrent certains scientifiques, une seule variété “originale” de cannabis, le Cannabis sativa (ou peut-être le Cannabis ruderalis) ? Sur la base de recherches chimiques ou génétiques, d’autres scientifiques soutiennent qu’il existe deux variétés “originelles”, le Cannabis sativa et le Cannabis indica. D’autres suggèrent trois variétés “originelles”, Cannabis sativa, indica et ruderalis. Hillig (2004:881 ; 2005:176) propose deux ou trois variétés originelles, divergeant en sept sous-espèces de cannabis. Ou, comme l’a récemment soutenu McPartland (McPartland et al. 2018 ; McPartland et Small 2020), le cannabis devrait-il être plus précisément classé comme étant uniquement Cannabis sativa, ayant quatre sous-espèces principales : (1) domestique d’Asie du Sud ; (2) sauvage d’Asie du Sud ; (3) domestique d’Asie centrale ; (4) sauvage d’Asie centrale ?

Tous les chercheurs s’accordent aujourd’hui à dire que la sélection du cannabis par les humains, qui ont commencé à pratiquer l’agriculture vers 5.000 avant notre ère, a contribué à la variété des plantes de cannabis.

Cependant, les principaux points de discorde qui subsistent sont la manière de classer ces variétés et l’endroit où les variétés divergentes ont d’abord poussé.

Une étude récente pour définir les origines du cannabis

Une étude récemment publiée sur la génétique du cannabis par Ren et al. (2021) rejoint les conclusions de certains scientifiques tout en étant en désaccord avec d’autres. Ren et al. ont effectué une analyse génétique de 110 génomes de Cannabis sativa. Les résultats ont été publiés le 16 juillet 2021 dans Science Advances.

À partir d’une analyse des séquences d’ADN des plantes, les chercheurs ont développé des arbres phylogénétiques, qui indiquent quatre variétés de cannabis génétiquement distinctes.

1. Le Cannabis basal. Cette variété est proposée comme la “sœur” de toutes les autres variétés de cannabis, y compris celles à faible psychoactivité, comme les variétés de chanvre et les variétés psychoactives.

2. Chanvre Cannabis. Le cannabis de chanvre, qui a une faible teneur en THC, est connu par plusieurs études archéologiques comme étant cultivé pour la fibre et le tissu depuis environ 7.000 ans. Cependant, l’étude de Ren et al. indique que cette date doit être repoussée plus loin. Ils affirment que la culture du cannabis est apparue il y a 12.000 ans, lors d’une scission entre le Cannabis basal et le Cannabis chanvre. Cela ferait du cannabis l’une des premières plantes cultivées au monde. Ils proposent également que la scission entre le Cannabis basal et le Cannabis chanvre, qui s’est produite au début de la culture, s’est produite en Asie de l’Est, en Chine occidentale.

Cette proposition déplace l’un des centres d’origine du cannabis légèrement plus à l’est que l’Asie centrale, qui, selon de nombreux scientifiques, est l’une des régions d’origine de la plante de cannabis. Le centre d’origine de la culture du cannabis en Asie de l’Est correspond également aux données selon lesquelles l’Asie de l’Est a été historiquement un “point chaud” pour la domestication de plusieurs espèces de cultures, y compris le riz, le broomcorn, le millet à queue de renard, le soja, la noix de renard, l’abricot et la pêche.

3. Cannabis sauvage. Cette variété de cannabis a une teneur relativement élevée en THC. On la trouve dans les souches sauvages de cannabis qui poussent en Chine, en Inde et au Pakistan.

4. Le cannabis cultivé. Le cannabis a été cultivé pour ses propriétés psychoactives pendant des milliers d’années, ce qui a donné naissance à un type génétique distinctif.

L’un des nouveaux résultats de la recherche de Ren et al. est l’identification du Cannabis basal comme une catégorie distincte de cannabis. Une autre découverte est qu’en raison de la sélection du cannabis pour la fibre ou la résine, il y a environ 4.000 ans, les cultures de cannabis ont formé des groupes distincts de chanvre et de cannabis destiné à servir de drogue. Avant cette période, le cannabis était probablement une culture polyvalente. En raison de la sélection pour des qualités particulières, Ren et al. pensent que les ancêtres sauvages originaux de Cannabis sativa ont pu disparaître.

Les origines du cannabis. Conclusions

L’histoire de la plante de cannabis, aux multiples facettes, est très complexe. L’analyse récemment publiée par Ren et al. nous permet de mieux comprendre l’histoire de son utilisation et de sa culture par l’homme.

Tous les chercheurs qui ont mené des études rigoureuses en chimiotaxonomie ou en génétique semblent s’accorder sur le fait qu’une distinction simple et binaire entre la “marijuana” psychoactive et le “chanvre” non psychoactif n’est plus tenable.

Les recherches futures combleront sans aucun doute les lacunes de nos connaissances sur l’histoire, la chimie et les origines du cannabis afin de mieux comprendre son avenir.

Références

Hillig, Karl W. (2004). ‘A chemotaxonomic analysis of terpenoid variation in Cannabis. Biochemical Systematics and Ecology, vol. 32, pp. 875–891.

——— (2005). ‘Genetic evidence for speciation in Cannabis (Cannabaceae). Genetic Resources and Crop Evolution, vol. 52, pp. 161–180.

McPartland, John M., Geoffrey W. Guy, and William Hegman (2018). ‘Cannabis is indigenous to Europe and cultivation began during the Copper or Bronze Age: a probabilistic synthesis of fossil pollen studies.’ Vegetation History and Archaeobotany, vol. 27, pp. 635–648.

McPartland, John M., and Ernest Small (2020). ‘A classification of endangered high-THC cannabis (Cannabis sativa subsp. indica) domesticates and their wild relatives. PhytoKeys, vol. 140, pp. 81–112.

Ren, Guangpeng, Xu Zhang, Ying Li, Kate Rideout, Martha L. Serrano-Serrano, Yongzhi Yang, Ai Liu, Gudasalamani Ravikanth, Muhammad Ali Nawaz, Abdul Samad Mumtaz, Nicolas Salamin, and Luca Fumagalli (2021). ‘Large-scale whole-genome resequencing unravels the domestication history of Cannabis sativa.’ Science Advances, vol. 7, no. 29, eabg2286 (16th July).

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais

Matthew Clark

Since 2004, Dr. Matthew Clark has been a Research Associate at the School of Oriental and African Studies (University of London), where he taught courses on Hinduism between 1999 and 2004. He has spent many years in India, which he first visited in 1977, visiting nearly all important (several hundred) pilgrimage sites and trekking around 2,000 miles in the Himalayas. He first engaged with yoga in the mid-1970s and began regularly practicing Ashtanga Yoga in 1990. Since 2006 has been lecturing worldwide on yoga, philosophy, and psychedelics. He is one of the editors of the Journal of Yoga Studies and is one of the administrators of the SOAS Centre of Yoga Studies. His publications include The Daśanāmī-Saṃnyāsīs: The Integration of Ascetic Lineages into an Order (2006), which is a study of a sect of sādhus; an exploration of the use of psychedelic plant concoctions in ancient Asia and Greece, The Tawny One: Soma, Haoma, and Ayahuasca (2017); and a short book on yoga, The Origins and Practices of Yoga: A Weeny Introduction (revised edition) (2018).