Seedsman Blog

Macron en guerre contre le cannabis

Alors que les élections présidentielles de 2022 approchent, Emmanuel Macron essaye d’occuper le devant de la scène pour dicter les thèmes qui, espère-t-il, seront ceux de la prochaine campagne électorale. Ce n’est un secret pour personne, il désire se retrouver face au Rassemblement National de Marine Le Pen au second tour. Il n’est donc pas étonnant de le voir mettre en avant des sujets comme la sécurité, un thème particulièrement propice à attirer les voix des personnes âgées, catégorie de la population la plus encline à faire le déplacement vers les bureaux de vote. Dans ce contexte, personne ne s’étonnera de voir le président français inclure dans sa rhétorique sécuritaire un argumentaire anti-drogue centré très majoritairement sur le cannabis.

Le gouvernement français et la lutte contre le cannabis

Il y a quelques mois, le Parlement avait lancé une consultation citoyenne destinée à connaitre l’opinion des Français sur le cannabis récréatif. Plus de 80% des répondants se sont alors prononcé en faveur de la légalisation de cette plante. Pourtant, Emmanuel Macron a décidé de ne pas tenir compte de ces opinions et de lancer une offensive contre le cannabis. Dans un large entretien accordé il y a peu au Figaro, le président jupitérien a ainsi mis en avant une série de lignes directrices de son action en matière de sécurité, thème qu’il lie très étroitement au trafic de drogue.

De son côté, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin s’est déjà prononcé à de nombreuses reprises contre le cannabis. Le 25 avril, il a été jusqu’à affirmer au Journal du Dimanche que « le cannabis est devenu une drogue dure » et a annoncé le lancement d’une campagne de sensibilisation pour l’été.

Macron en guerre contre les trafiquants de cannabis

Dans son entretien au Figaro, Emmanuel Macron a appelé à « ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue » afin de « faire reculer la délinquance ». Ces diatribes s’inscrivent dans un contexte particulièrement tendu puisque le 17 avril fut rendu le jugement en appel de l’affaire des policiers brûlés à Viry-Châtillon en 2016. Pour rappel, deux voitures de polices chargées de surveiller un « point de deal » avaient alors été attaquées au cocktail molotov, blessant grièvement deux agents de police. Surfant en partie sur le traumatisme causé par ces événements, Emmanuel Macron annonce qu’ « éradiquer [les trafics] par tous les moyens est devenu la mère des batailles, puisque la drogue innerve certains réseaux séparatistes mais aussi la délinquance du quotidien, y compris dans les petites villes épargnées jusqu’ici. Ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue, c’est faire reculer la délinquance partout ».

Mais le chef de l’État ne s’en tient pas aux seules déclarations d’intention et propose du concret, affirmant que le gouvernement passe « à la vitesse supérieure » pour « harceler les trafiquants et les dealers ». « Sur les 4.000 points de deal répertoriés récemment, plus de 1.000 opérations coup-de-poing ont été réalisées ces dernières semaines. Et chaque jour, nous fermons un point de deal. Allez voir dans les quartiers comment cela change la vie ! » ajoute-t-il enthousiaste.

Désireux de donner une visibilité maximale à cette offensive anti-drogue que le gouvernement mène depuis des mois maintenant, les comptes twitter des différentes préfectures de police françaises regorgent d’images montrant les saisies réalisées, sur le modèle de celles que nous montrent souvent les polices d’Amérique centrale. Mais la France n’est pas la Colombie et les saisies, rarement impressionnantes, suscitent souvent les moqueries sur les réseaux sociaux. C’est le cas du tweet ci-dessous dans lequel la police de Loire-Atlantique se vante de « maintenir la pression contre les trafics » alors qu’elle n’a saisi que des sachets plastiques et des briquets.

Macron s’en prend aussi aux consommateurs de cannabis

Mais Macron ne s’en prend pas qu’aux trafiquants et tance également les consommateurs. Il déclare en effet que « la France est devenue un pays de consommation et donc, il faut briser ce tabou, lancer un grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères » et que « ceux qui prennent de la drogue – et cela concerne toutes les catégories sociales – doivent comprendre que non seulement, ils mettent leur santé en danger, mais qu’ils alimentent aussi le plus grand des trafics. On se roule un joint dans son salon et à la fin on alimente la plus importante des sources d’insécurité » Concrètement, cette action s’est soldée par « 70.000 amendes forfaitaires délictuelles […] dressées depuis septembre ». Selon lui, « ça veut dire quelque chose de clair : si vous vous faites prendre comme consommateur, vous savez que vous allez devoir payer et que vous n’allez pas y échapper. Ça change le rapport de force. »

Cette offensive à l’égard des consommateurs, Emmanuel Macron la justifie : « dire que le haschisch est innocent est plus qu’un mensonge […] Sur le plan cognitif, les effets sont désastreux. Combien de jeunes, parce qu’ils commencent à fumer au collège, sortent totalement du système scolaire et gâchent leurs chances? Et je ne parle même pas des effets de glissements vers des drogues plus dures. » Ce vieil argument du cannabis comme porte d’entrée vers des drogues plus dures est battu en brèche depuis des années, même par les médias mainstream et tout le monde sait qu’il est faux. D’où la question : le chef de l’État est-il motivé par des préoccupations sanitaires ou électorales ?

Sur le terrain, cette lutte contre les consommateurs de cannabis n’est pas toujours aussi impressionnante que le gouvernement le voudrait. En témoigne, par exemple, ce tweet de la préfecture de police des Deux-Sèvres qui annonce la mobilisation de 20 militaires et d’une équipe cynophile pour contrôler 130 personnes. En fin de comptes, une seule était en possession de cannabis.

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais

Seedsman

Not only do we have one of the most comprehensive libraries of cannabis seeds in the world, we now offer a diverse range of cannabis related goods for you to enjoy including storage products, clothing and books.