Seedsman Blog

Quand ne pas planter du cannabis est devenu illégal

Culture et consommation de cannabis en Europe occidentale

Comme on l’a vu dans les blogs précédents, au cours des cinq derniers millénaires environ, le cannabis a été cultivé périodiquement dans divers endroits en Asie et en Europe pour la fabrication de cordes et de textiles. Plusieurs des premières découvertes de cannabis en Europe occidentale proviennent d’Allemagne, probablement introduites par des tribus teutoniques qui migrent de l’Europe de l’Est vers l’Ouest. Peut-être la première découverte à ce jour du cannabis en Europe occidentale a été de graines dans les restes d’une communauté agricole néolithique précoce en Allemagne, à Eisenberg en Thuringe, datant entre 5400 et 4900 av. J.-C. ; cependant, cette date précoce a été contestée (Clarke et Merlin 2013:113).

Dans une autre découverte précoce en Europe de l’Ouest, des restes de cannabis datant du5ème siècle avant notre ère ont été trouvés en 1896 dans une urne funéraire dans le Brandebourg, en Allemagne (Reininger 1972:32). La fibre de cannabis a également été trouvée dans une tombe celtique de l’âge du fer au début de l’âge du fer à Hochdorf, dans le sud de l’Allemagne, datant égalementd’environ 5 e ou6ème siècles avant notre ère A.D.A. (Clarke et Merlin 2013:113).

Découvertes dans un cercueil sous la crypte de la cathédrale Saint-Denis à Paris se trouvaient les restes d’une reine franc, ses bijoux en or, ses beaux vêtements et aussi un tissu en chanvre (Werner 1964:212). Le royaume de Frank, fondé par le roi Mérovingien Clovis, qui a régné de 482 à 511 EC, a d’abord été établi en Belgique, dans le nord de la France et en Rhénanie; elle a ensuite été étendue à toute la France et en Allemagne. Ce tombeau date du6ème siècle de notre ère et fournit une confirmation supplémentaire que le cannabis était probablement largement connu et utilisé en Europe occidentale par le premier millénaire CE.

Début de la culture du cannabis en Grande-Bretagne

En Grande-Bretagne, la corde faite de chanvre a été utilisée dans un fort romain à Bar Hill dans le Dunbartonshire, qui a été occupé par les Romains entre 140 et 180 EC. Cependant, comme les études d’échantillons de pollen dans le sol indique que le cannabis n’a pas été cultivé en Grande-Bretagne jusqu’à environ 400 EC, quand les Anglo-Saxons sont arrivés d’Europe continentale, il semble que les Romains ont apporté les cordes de chanvre à la Grande-Bretagne de l’étranger. Il y a des preuves indiquant que par 400 CE cannabis était cultivé à Norfolk en Angleterre par les Anglo-Saxons, qui semble se poursuivre jusqu’aux environs de 1300 à 1400 CE (Godwin, 1967).

La culture du cannabis et la loi en Grande-Bretagne

Le cannabis est si utile pour la corde et le voile, qu’en 1533, afin d’équiper sa flotte navale en expansion, le roi Henri VIII décréta que pour chaque soixante acres de terres cultivées, un quart d’acre devait être réservé aux plants de cannabis; la pénalité pour non-conformité était de 3 shillings et 4 pence. Cette loi fut rétablie en 1563 par sa fille, la reine Elizabeth I, et l’amende pour non-conformité fut portée à 5 shillings; cependant, peu d’agriculteurs se conformaient au décret royal (Abel 1982:73). La culture médiévale du chanvre survit dans de nombreux noms de lieux anglais: Hampstead, Hampshire et Brighton (Bright Hemp Stone > Bright Helm Stone > Brighton), par exemple.

Culture et droit du cannabis aux États-Unis

Le cannabis a peut-être augmenté aux États-Unis avant l’arrivée des colons européens, mais cela reste incertain (Conrad, 1993:23). Cependant, à partir du17ème siècle, le cannabis a été largement cultivé par les colons aux États-Unis pour la corde, le papier et les textiles. En raison de l’exigence britannique pour de grandes quantités de cannabis, des ordres formels ont été émis en 1611 par le roi Jacques Ier à la colonie de Jamestown, en Virginie, pour élever le chanvre pour le gouvernement britannique. Chaque colon devait installer 100 plantes, et le gouverneur pour établir 5 000 plantes. Le Parlement a également offert aux commodes de chanvre polonaise et suédoise 10 et 10 shillings pour émigrer en Virginie (Abel 1982:73–79).

Une loi a été adoptée en 1629 à Salem, Massachusetts, exigeant que tous les ménages plantent du chanvre. Cependant, en raison des coûts élevés de la main-d’œuvre, le cannabis était insuffisant pour fournir à la Grande-Bretagne; en 1633, près de 97 pour cent du cannabis britannique était importé de Russie. En 1773, l’État de Caroline du Sud offrit une prime pour la culture du chanvre, afin d’induire une plus grande production (Conrad, 1993:26). En 1775, l’État du Kentucky était devenu le plus grand producteur de cannabis, un produit de base qui est devenu économiquement important aussi dans les États du Tennessee, du Missouri et du Mississippi (Abel, 1982:91). L’Espagne a également eu besoin de chanvre, de sorte qu’en 1775 la production a été considérablement augmenté en Californie. En 1807, 12 500 livres ont été produites (Conrad, 1993:27).

Ainsi, paradoxalement, la première législation dans le monde occidental concernant le cannabis a été d’exiger sa culture.

Références

Abel, Ernest L. (1982). Marihuana: Les douze premiers mille ans. New York: McGraw-Hill Book Company.

Clarke, Robert C., et Mark D. Merlin (2013). Cannabis: Evolution et Ethnobotanique. Berkeley/Los Angeles/Londres: University of California Press.

Conrad, Chris (1993). Chanvre: Lifeline to the Future (La réponse inattendue pour notre reprise environnementale et économique). Los Angeles: Creative Xpressions Publications.

Godwin, H. (1967). ‘L’ancienne culture du chanvre’. Antiquité, vol. 41, numéro 16 (mars) p. 42 à 49.

Reininger, W. (1972) [1967] . ‘Restes des temps préhistoriques’. Dans George Andrews et Simon Vinkenoog (éd.), The Book of Grass: An Anthology of Indian Hemp, pp. 32–33. Harmondsworth, Royaume-Uni/Ringwood, Australie. Penguin Books Ltd.

Werner, Joachim (1964). ‘Tombes royales francutes dans les cathédrales de Cologne et de Saint-Denis’. Antiquité, vol. 38, numéro 151 (septembre), p. 201-216.

This post is also available in: Anglais

Matthew Clark

Matthew Clark

Since 2004, Dr. Matthew Clark has been a Research Associate at the School of Oriental and African Studies (University of London), where he taught courses on Hinduism between 1999 and 2004. He has spent many years in India, which he first visited in 1977, visiting nearly all important (several hundred) pilgrimage sites and trekking around 2,000 miles in the Himalayas. He first engaged with yoga in the mid-1970s and began regularly practicing Ashtanga Yoga in 1990. Since 2006 has been lecturing worldwide on yoga, philosophy, and psychedelics. He is one of the editors of the Journal of Yoga Studies and is one of the administrators of the SOAS Centre of Yoga Studies. His publications include The Daśanāmī-Saṃnyāsīs: The Integration of Ascetic Lineages into an Order (2006), which is a study of a sect of sādhus; an exploration of the use of psychedelic plant concoctions in ancient Asia and Greece, The Tawny One: Soma, Haoma, and Ayahuasca (2017); and a short book on yoga, The Origins and Practices of Yoga: A Weeny Introduction (revised edition) (2018).