Seedsman Blog

QUELLE EAU POUR LA CULTURE DU CANNABIS ?

L’eau est essentielle à la croissance des plantes. En effet, pour produire des fleurs de qualité, elles doivent absorber les nutriments du sol. Or, la composition de l’eau d’arrosage peut avoir un impact important sur sa capacité à le faire. En effet, l’eau est le véhicule qui permet aux nutriments et à l’oxygène de circuler dans la plante. Il est donc essentiel d’apporter un soin tout particulier au choix de l’eau d’arrosage du cannabis.

Comment l’eau affecte la croissance du cannabis ?

Plusieurs variables entrent en jeu dans le choix d’une eau d’arrosage optimale pour la culture du cannabis. L’une d’entre elles est le pH, qui indique son degré d’acidité ou d’alcalinité. Sur l’échelle du pH, 7 est considéré comme neutre, tout ce qui est inférieur à cette valeur est acide et tout ce qui est supérieur est alcalin.

Le cannabis pousse généralement mieux lorsque le pH de son environnement est à peu près neutre, un pH compris entre 6 et 7 étant idéal. Si l’eau qui alimente les plantes de cannabis se situe en dehors de cette fourchette, elle peut empêcher l’absorption de certains nutriments vitaux. Le fer, par exemple, est moins soluble dans les solutions alcalines. Ainsi, les plantes peuvent se trouver dans l’incapacité d’accéder à ce minéral essentiel si le pH de leur eau est trop élevé.

À l’inverse, les plantes de cannabis ont du mal à absorber le magnésium lorsque le pH de l’eau qu’elles reçoivent est trop faible. Il est donc essentiel de s’assurer que l’eau que vous utilisez pour vos plants de cannabis a un pH approprié, car les carences en nutriments peuvent avoir un impact majeur sur la qualité des fleurs que vous en obtiendrez.

Un autre facteur à prendre en compte est la dureté de l’eau, indice qui quantifie le niveau de calcium et de magnésium qui y sont dissous. Les solutions qui contiennent plus de 200 milligrammes de ces minéraux par litre sont considérées comme de l’eau dure, tandis que l’eau douce contient moins de cette concentration.

Le cannabis pousse mieux dans une eau douce, la fourchette idéale étant de 100 à 150 milligrammes par litre. Lorsqu’on utilise de l’eau dure pour l’arrosage du cannabis, les minéraux dissous peuvent obstruer les racines et les empêcher d’absorber l’eau et les autres nutriments.

Quels types d’eau d’arrosage du cannabis existent ?

Des sources d’eau variées peuvent être utilisées pour la culture du cannabis. Mais, souvent, certaines variables devront être ajustées. L’eau du robinet, par exemple, est souvent légèrement alcaline, avec un pH compris entre 8 et 9.

Il est donc parfois nécessaire d’augmenter l’acidité de l’eau du robinet en ajoutant une petite quantité d’une solution “pH Down”, laquelle contient généralement des substances telles que de l’acide phosphorique ou du soufre. Des bandes de papier de tournesol peuvent être utilisées pour vérifier le pH de votre eau et déterminer si elle convient à l’arrosage de vos plants de cannabis.

Selon l’endroit où vous vous trouvez, l’eau qui sort du robinet peut également être chlorée afin d’éliminer les microbes et de la rendre potable. Il est alors conseillé de laisser l’eau du robinet reposer pendant 24 à 48 heures avant de la donner aux plantes, ce qui permet à la majeure partie du chlore de s’évaporer.

La dureté de l’eau du robinet varie également, mais elle est souvent trop dure pour les plants de cannabis. Elle doit donc souvent être purifiée afin d’éliminer l’excès de minéraux – ce qui peut être réalisé grâce à un système d’osmose inverse, une filtration au carbone ou une distillation.

L’eau de pluie, quant à elle, est généralement beaucoup plus douce que l’eau du robinet. Elle a également un pH plus faible que l’eau du robinet, ce qui signifie qu’elle n’a souvent pas besoin d’être ajustée avant d’être donnée aux plantes de cannabis. Cependant, si l’eau de pluie est trop acide, il peut être nécessaire d’ajouter de la chaux, des cendres de bois ou une solution “pH Up” spécialement formulée pour la rendre plus alcaline.

Il est également possible d’acheter de l’eau distillée et de l’eau en bouteille, qui sont toutes deux exemptes de minéraux et qui ont généralement un pH assez neutre. Dans certains cas, cependant, il peut être nécessaire d’ajouter de petites quantités de calcium afin d’augmenter légèrement la dureté.

Naturellement, le coût et la praticité jouent un rôle majeur dans la détermination de la source d’eau la plus appropriée à la culture du cannabis, car les systèmes d’osmose inverse coûteux et autres solutions élaborées ne sont généralement pas accessibles aux petits cultivateurs. Néanmoins, l’investissement peut en valoir la peine.

Les informations concernant la culture du cannabis sont destinées aux clients résidant dans des pays où cette activité est autorisée par la loi, ou à ceux bénéficiant d’une autorisation spécifique. Nous encourageons nos lecteurs à connaître et à toujours respecter sur la législation en vigueur dans leur pays.

This post is also available in: Anglais