Seedsman Blog

Tout ce que vous devez savoir sur le cannabis photopériode

Imaginez que vous êtes une plante de cannabis en été. Les jours sont longs, le soleil brille et vous êtes dans le paradis de la photosynthèse. Vous grandissez, vous deviennent touffu et vous êtes sûr que les bons moments ne vont jamais se terminer. Jusqu’à ce que vous remarquez un changement dans l’air. Les jours commencent à être plus courts et vous ne pouvez plus vous gorger sur la lumière du soleil. Peut-être que vous ne voulez pas le croire au début, mais finalement vous devez accepter que l’automne approche et votre temps est compté. Vous devez commencer à faire des plans pour une fois que vous êtes parti, de sorte que vous allez en fleurs, le développement de fleurs afin que vous puissiez reproduire et transmettre votre génétique (j’ai oublié de mentionner, vous êtes une femme).

Maintenant, imaginez que vous êtes un humain qui cultive du cannabis (vous pouvez être n’importe quel sexe). Vous savez que vos plantes poussent en taille quand elles ont beaucoup de lumière chaque jour, et qu’elles fleurissent quand elles reçoivent moins d’un certain nombre d’heures de lumière du jour. Naturellement, vous voulez en profiter afin de maximiser votre récolte, ce qui signifie que vous devez comprendre une chose ou deux sur les photopériodes.

Qu’est-ce qu’une photopériode?

Plante de cannabis d’intérieur

Le terme photopériode fait référence à l’équilibre entre la lumière du jour et l’obscurité dans une période de 24 heures. Vous entendrez souvent des cultivateurs de cannabis parler d’une photopériode de 12 heures (ou 12/12), ce qui signifie 12 heures de lumière suivies de 12 heures d’obscurité.

Certaines plantes, comme les pois de jardin, sont connues sous le nom de plantes de longue date, ce qui signifie qu’elles fleurissent quand les jours sont longs, mais le cannabis est une plante de courte journée, et produit des bourgeons seulement lorsque le nombre d’heures de lumière du jour descend en dessous d’un niveau critique. Cela signifie que si vous cultivez à l’intérieur, vous aurez besoin de contrôler l’éclairage de sorte que vos plantes obtiennent la bonne photopériode afin de produire une bonne récolte, tandis que les producteurs de plein air devront considérer les saisons très attentivement lors de la décision quels cultivars à planter et quand semer leurs graines.

Bien sûr, si tout cela semble un peu trop compliqué, vous pouvez toujours juste acheter des graines de cannabis autoflowering, qui ont été spécialement élevés afin de fleurir après une certaine période de temps, indépendamment de la quantité de lumière qu’ils sont exposés à. Ceux-ci sont particulièrement adaptés pour les producteurs moins expérimentés qui veulent une récolte garantie sans avoir à se soucier des photopériodes, et vous pouvez lire à ce sujet plus en détail dans notre post précédent.

Quelle est la bonne photopériode pour le cannabis?

De façon générale, la plupart des variétés de cannabis photopériode (c’est-à-dire pas autofloraison) ont besoin de 18 heures ou plus de lumière du soleil lorsqu’elles sont au stade végétatif. C’est la phase de croissance qui précède la floraison, lorsque la plante grandit en taille et développe son feuillage. La plupart des cultivars seront prêts à fleurir environ huit à dix semaines après la germination, bien qu’ils puissent être conservés indéfiniment dans l’état végétatif si cette photopériode est maintenue.

Une photopériode de 12 heures est alors généralement considérée comme optimale pendant la floraison, qui peut durer de sept à 14 semaines, selon la variété de cannabis. Trop d’heures de lumière du jour au cours de cette phase empêchera vos plantes de fleurir, tandis que trop peu freineront leur croissance, bien qu’il y ait eu très peu de recherches appropriées faites afin de déterminer la photopériode parfaite pour différentes variétés de cannabis.

Cela dit, des études ont montré que Français chanvre peut fleurir avec jusqu’à 15 heures et demie de lumière du soleil par jour[i], tandis qu’une autre variété qui est généralement cultivé en Europe du Sud nécessite moins de 10 heures d’obscurité afin de produire des inflorescences [ii] .

Une étude encore non révisée a examiné l’impact de différentes photopériodes sur les désses à haut taux de THC, et a constaté que les rendements maximaux peuvent être maintenus avec seulement 10,8 heures d’obscurité par nuit pendant la floraison, mais que juste une demi-heure de moins se traduit par beaucoup moins de fleurs [iii] .

Une autre étude intéressante a révélé qu’il faut cinq jours aux plants de cannabis pour commencer à fleurir une fois qu’ils sont exposés à une photopériode assez courte[iv]. Cependant, vous devrez maintenir cet équilibre clair-foncé tout au long de la phase de floraison de votre culture afin de vous retrouver avec une récolte maximale.

Travailler avec des photopériodes

Plante de cannabis en plein air

Si vous cultivez à l’extérieur, alors vous aurez besoin de faire usage des saisons afin de s’assurer que vos plantes obtenir la bonne quantité de lumière au bon moment. En règle générale, vous aurez envie de le chronocuter afin que votre désaisons soit végétative tout au long de l’été, quand les jours sont longs, puis les fleurs à l’automne, quand la lumière du jour devient plus rare.

Naturellement, cela dépendra massivement de l’endroit où vous vivez. Par exemple, si vous résidez en Europe du Nord, alors vous devrez peut-être attendre jusqu’à la hauteur de l’été avant qu’il soit assez chaud pour vos plantes à croître, ce qui ne vous donnera pas longtemps avant que les jours commencent à raccourcir et vous commencez à voir des fleurs. Il peut également être trop froid pour vos plantes fleurissent une fois que l’automne bat son plein, ce qui signifie que vous aurez à les récolter assez tôt.

Dans des cas comme celui-ci, vous aurez besoin de trouver un cultivar qui fleurit tôt et pour une courte période. Les souches d’Indica sont susceptibles d’être les plus appropriées, car elles ont évolué dans les climats tempérés et ont donc appris à se déplacer, en allant à la floraison plus rapidement que les variétés Sativa.

En revanche, les types Sativa se sont développés dans les tropiques, où la photopériode est proche de 12/12 pour la plupart de l’année. En conséquence, ils ont généralement de longues phases végétatives et de floraison, avec certaines souches capables de rester en fleur pendant trois mois complets.

De toute évidence, un climat non tropical aura du mal à soutenir certains de ces cultivars lents à longue floraison, c’est pourquoi de nombreuses personnes vivant dans les régions tempérées ont tendance à croître à l’intérieur. Cela permet un plus grand contrôle sur la température, l’humidité et, bien sûr, la lumière. Cultiver à l’intérieur permet également de s’assurer qu’aucune source de lumière non désirée ne perturbe votre cannabis pendant la phase sombre, ce qui est important car quelques minutes de lumière par nuit peuvent empêcher une plante d’entrer en fleurs.

Sur cette note, il est utile de garder à l’esprit que la marijuana est plus sensible aux longueurs d’onde de la lumière rouge, donc si vous avez besoin d’allumer les lumières pendant la nuit, alors vous devriez utiliser un feu vert, car cela va déranger vos plantes le moins.

[i] Struik PC, Amaducci S, Bullard MJ, Stutterheim NC, Venturi G, Cromack HT. Agronomie de chanvre à fibres (Cannabis sativa L.) en Europe. Cultures et produits industriels. 2000 Mar 1;11(2-3):107-18. – https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0926669099000485

[ii] Cosentino SL, Testa G, Scordia D, Copani V. Semer le temps et la prédiction de la floraison de différents génotypes de chanvre (Cannabis sativa L.) en Europe du Sud. Cultures et produits industriels. 2012 1er mai 37(1):20-33. – https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0926669011004444

[iii] Moher M, Jones M, Zheng Y. Photoperiodic Response of in vitro Cannabis sativa Plants. – https://www.preprints.org/manuscript/202009.0124/v1

[iv] Spitzer-Rimon B, Duchin S, Bernstein N, Kamenetsky R. Nouvelles idées sur la floraison de Cannabis sativa. InXXVI International Eucarpia Symposium Section Ornementals: Editing Novelty 1283 2019 Sep 1 (pp. 17-20). – https://www.actahort.org/books/1283/1283_3.htm

This post is also available in: Anglais